Archives du mot-clé Rénovation urbaine

Projets d’aménagements urbains en Outre-Mer : le TCSP de la communauté d’agglomération Cap’ Excellence (Guadeloupe)

Image numérique du futur tramway de la communauté d'agglomération Cap Excellence (Guadeloupe)
Image numérique du futur tramway de la communauté d’agglomération Cap Excellence (Guadeloupe)

 

Introduction

La communauté d’agglomération Cap Excellence, regroupant Pointe-à-Pitre, capitale économique de la Guadeloupe, avec les communes voisines des Abymes et de Baie-Mahault, a décidé de mettre sur pied un projet de tramway en collaboration avec le Syndicat Mixte des Transports du Petit-Cul-de-Sac Marin, qui devrait être mis en service aux alentours de 2020.  Ce projet a pour but d’inscrire l’agglomération pointoise dans une logique d’aménagement durable du territoire et d’améliorer les déplacements dans cette communauté d’agglomération située au cœur de la Guadeloupe. Celui-ci répond parfaitement aux attentes du Conseil régional de la Guadeloupe validées par leur Schéma d’Aménagement Régional (SAR).

Vision du futur tramway de l'agglomération de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Vision du futur tramway de l’agglomération de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)

 

Origines du projet

Présentation

Le projet du tramway de Cap Excellence a été mis en place par cette communauté d’agglomération en collaboration avec le Syndicat Mixte des Transports du Petit-Cul-de-sac-Marin, mais aussi avec le Conseil Régional et le Conseil Général (départemental) de la Guadeloupe. Il s’agit d’un projet partenarial. Le SMT est responsable des transports dans l’agglomération de Pointe-à-Pitre.

L’organisme intercommunal s’est vu déléguer la compétence dite « études et réalisation des équipements et infrastructures de transports publics urbains de voyageurs » pour la première tranche de réalisation du TCSP (Transport en Commun en Site Propre). Cette délégation permet à Cap Excellence d’insérer le projet aux opérations de rénovation urbaine de Pointe-à-Pitre (RUPAP) et des Abymes (RUZAB), plus particulièrement dans le domaine des déplacements et particulièrement la question du TCSP. Il faut par ailleurs noter que la réalisation d’un réseau de transport fut nécessaire pour poursuivre de ces deux opérations de rénovation urbaine de la région pointoise. Parallèlement, le SMT conservera la vision d’ensemble nécessaire à la mise en œuvre du PDU (Plan de Développement Urbain), plus particulièrement en ce qui concerne le déploiement du réseau d’autobus de l’agglomération pointoise. De son côté, Cap Excellence apportera son soutien financier, ainsi que sa participation en ingénierie à un projet structurant sur son territoire.

Mise en œuvre du projet

C’est en septembre 2013 que Cap Excellence et le SMT du Petit-Cul-de-Sac-Marin, ont présenté, en collaboration avec la Région Guadeloupe, la première tranche du projet dans le cadre du troisième appel à projets organisé sur le plan national concernant les transports collectifs et la mobilité durable.

Photo satellite représentant le tracé du futur tramway de la région pointoise
Photo satellite représentant le tracé du futur tramway de la région pointoise

 

Grandes lignes du projet

  • Le projet du tramway de la communauté d’agglomération Cap Excellence sera considéré comme la « colonne vertébrale » du réseau de transport urbain de la région pointoise. Il sera complété par le renouvellement du réseau de bus et des modes de transport actif (pistes cyclables et voies piétonnes). À plus long terme, le réseau de transport comprendra 2 lignes de tramway totalisant 31,3 kms de long et sera accompagné d’un réseau d’autobus urbain bien organisé et appelé à desservir les 4 communes de l’agglomération du centre de la Guadeloupe que sont Les Abymes, Baie-Mahault, Le Gosier (bien qu’elle fasse partie de la communauté de communes du Sud-Est Grande-Terre avec Sainte-Anne, Saint-François et l’île de La Désirade) et Pointe-à-Pitre.

 

Carte des 3 lignes du tramway Cap Excellence (Guadeloupe)
Carte des 3 lignes du tramway Cap Excellence (Guadeloupe)

 

Mise en œuvre du projet

La réalisation du tramway de l’agglomération pointoise s’opérera en 3 tranches :

  • La 1ère tranche du réseau sera mise en service en 2019. Elle correspondra à l’ouverture de la ligne 1 assurant la liaison Les Abymes/Pointe-à-Pitre/Baie-Mahault, selon un axe nord-est-ouest. Elle reliera le CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Pointe-à-Pitre/Les Abymes à la Zone Industrielle (Z.I.) de Jarry, ainsi qu’au centre-ville de Baie-Mahault. Celle-ci circulera sur une longueur de 10,7 km et comptera 24 stations. Cette première phase s’intègre au corridor présentant le potentiel de demande le plus élevé et qui est amené à répondre aux besoins prioritaires de désenclavement de quartiers faisant l’objet du programme dit « Politique de la Ville » comme Le Raizet et Grand-Camp, aux Abymes, ou encore Bergevin et Lauricisque, à Pointe-à-Pitre.
  • La 2e tranche du projet devrait être mise en service en 2023. Elle correspondra à l’ouverture de la ligne 2 assurant la liaison Les Abymes/Pointe-à-Pitre/Le Gosier, selon un axe nord-sud partant du quartier Petit-Pérou aux Abymes jusqu’à l’université de Fouillole à Pointe-à-Pitre, pour finalement aboutir dans le quartier de Belle-Plaine, près du centre-ville du Gosier. Cette ligne aura un parcours de 6,6 kms d’infrastructure supplémentaires et empruntera la route dite « des Écoles », en raison de la présence d’établissements scolaires (de la maternelle au lycée) sur cette portion.
  • La 3e et dernière tranche du projet devrait être mise en service vers 2030. À cet horizon, 14 kms d’infrastructure supplémentaires assureront la desserte de la zone industrielle de Jarry. Néanmoins, l’aménagement de la ligne 3 du tramway de l’agglomération pointoise devra faire face à des contraintes liées notamment au franchissement de la Rivière Salée, bras de mer séparant la Grande-Terre de la Basse-Terre, les deux îles constituant le territoire principal de la Guadeloupe.

Les pouvoirs publics estiment qu’à long terme, la cohérence globale du réseau sera atteinte une fois que les trois tranches seront réalisées et tout particulièrement lorsque la zone industrielle de Jarry, principal poumon économique de la région pointoise (et de la Guadeloupe, plus globalement) sera parfaitement desservie.

Il faut noter que cette cohérence qui concerne l’agglomération pointoise du nord au sud doit répondre aux enjeux suivants :

  • La nécessité de prendre en compte la desserte des nouveaux équipements publics situés au nord de la commune des Abymes, notamment : les nouveaux CHU et Centre de Gérontologie Régional; le parc d’activités de Dothémare-Providence, ainsi que les ZAE (Zone d’Activités Économiques) de Petit-Pérou et de Dugazon de Bourgogne actuellement en pleine restructuration.
  • Proposer une desserte efficace des quartiers faisant l’objet d’une rénovation urbaine et les relier aux principaux équipements et services publics (Le Raizet, Grand-Camp, Lauricisque, etc.)
  • Assurer la desserte des établissements scolaires (écoles maternelles et primaires, collèges, lycées et université)
  • Enfin, favoriser l’intermodalité et le report des trafics vers les transports en commun (parking relais au terminus nord du tramway aux Abymes, correspondance à Bergevin avec les bus départementaux et les liaisons maritimes vers Marie-Galante, Les Saintes, la Dominique ou la Martinique).

Objectifs

Le projet du tramway de la communauté d’agglomération Centre doit répondre aux objectifs suivants :

1) Amélioration modes de déplacements dans l’agglomération pointoise

  • Apporter un mode de transport fiable et attractif répondant aux besoins actuels et futurs du territoire ;
  • Faciliter les déplacements des habitants et des usagers de l’agglomération pointoise en valorisant le transport en commun ;
  • Remplacer certaines lignes d’autobus par un tramway jugé plus rapide, plus agréable, plus fiable, plus confortable et plus silencieux que ces dernières.

2) Aménagement et renouvellement urbains

  • Participer à la qualité urbaine des voies empruntées, accompagner les développements urbains ;
  • Renforcer la solidarité sociale par le transport
  • Desservir les quartiers faisant l’objet d’une rénovation urbaine;
  • Encourager le développement d’une mixité sociale.

3) Développement économique

  • Créer des emplois durables ;
  • Redynamiser les zones d’activités économiques de l’agglomération pointoise.
Affiche de la concertation publique pour le projet de tramway de Cap Excellence
Affiche de la concertation publique pour le projet de tramway de Cap Excellence

 

Concertation pour le projet

Modalités

En amont de l’enquête publique, la concertation préalable à la mise en route du projet de tramway est nécessaire pour que ce dernier soit un  succès. L’article L-300-2 du code de l’urbanisme rappelle justement qu’une procédure de concertation « doit intervenir préalablement à toute opération d’aménagement lorsqu’elle modifie de façon substantielle le cadre de vie ou l’activité économique ».

Le Conseil communautaire a pour mission de délibérer sur les objectifs poursuivis, ainsi que sur les modalités d’une concertation associant la population et les associations locales, les pouvoirs publics ainsi que les entreprises privées quant à l’élaboration du projet.

Le but d’une concertation est de recueillir l’avis des administrés et du grand public pour en tenir compte lorsque le projet est sur le point d’être élaboré. Le bilan de la concertation doit être validé par les conseils municipaux des villes membres de Cap Excellence, le SMT et le Conseil communautaire de la structure intercommunale.

Les séances de concertation ont pour objectifs de créer un débat, proposer des solutions, ou étudier les alternatives suggérées par la population locale. C’est en effet à ce moment-là que des problématiques réelles peuvent être identifiées, notamment sur le plan du cadre de vie des habitants.

Pour répondre aux besoins des usagers, plusieurs séances de concertation ont été prévues et durant lesquelles des modifications peuvent être évoquées afin d’ajuster plus finement les caractéristiques du projet.

Extrait de la vidéo de présentation du "Tram Excellence" (Guadeloupe)
Extrait de la vidéo de présentation du « Tram Excellence » (Guadeloupe)

 

Caractéristiques du projet

Les caractéristiques du tramway de la communauté d’agglomération Cap Excellence sont les suivantes :

  • Longueur des voies : 10,63 km ;
  • Nombre de rames : 22 ;
  • Jours de service : 7j/7 ;
  • Date de mise en service : 2019 ;
  • Horaires du service en semaine : de 5h à 23h.

La question environnementale

Dans le contexte énergétique de la Guadeloupe, la pertinence environnementale du projet de tramway de l’agglomération pointoise sera effective s’il remplit la condition de ne pas rejeter aucune émission de CO2 supplémentaire. Pour remplir ce défi, Cap Excellence et le SMT du Petit-Cul-de-sac-Marin ont prévu 3 suggestions :

  • la production d’électricité par le biais d’énergies renouvelables (notamment du photovoltaïque) sur les parkings relais et dans les centres de maintenance ;
  • une performance énergétique du matériel roulant ainsi que de tous les équipements et bâtiments à énergie positive ;
  • enfin, l’accompagnement au changement de la population pour un bon report modal de la voiture vers les transports en commun (action du PCET).

http://www.capexcellence.net/index.php/Transport/Transport/tramway-de-cap-excellence.html

Couverture de la Une du journal France-Antilles Guadeloupe de septembre 2013
Couverture de la Une du journal France-Antilles Guadeloupe de septembre 2013

 

Avancées du projet

En décembre 2014, le projet de TCSP développé par la communauté d’agglomération Cap Excellence et le Syndicat Mixte des Transports du Petit-Cul-de-sac-Marin a été retenu par le Ministère de l’Écologie et du Développement Durable, dans le cadre d’un appel à projets organisé sur l’ensemble du territoire français (métropole et Outre-Mer). La structure intercommunale s’est vue attribuer une subvention de 28,16 millions d’euros.  Le montant de cette subvention place le projet de tramway de l’agglomération pointoise à la deuxième position des 99 projets de ce type retenus par le ministère et qui représentent au total une enveloppe de 5,2 milliards d’euros. Le président de la communauté d’agglomération et maire de la commune des Abymes, Eric Jalton a d’ailleurs déclaré que « ceci prouve la solidité du dossier, la valeur du projet et la reconnaissance dont il dispose dans le panel des projets développés sur le territoire français ».

En plus des efforts réalisés pour le développement du réseau urbain d’agglomération avec la création récente du réseau Karu’lis, il a été jugé primordial que la région pointoise se dote à moyen terme d’un réseau apte à créer des liaisons efficaces entre les quartiers, les équipements collectifs et les zones d’activités économiques tout en limitant la croissance massive du transport individuel et de la pollution qu’elle génère. Ceci est en résumé la caractéristique fondamentale de l’axe « déplacements » du Plan Climat-Énergie Territorial élaboré par Cap Excellence. La structure intercommunale a opté pour le tramway, qui est perçu comme un mode de transport moderne, propre, efficace et accessible à tous. Elle a pris exemple sur des projets de ce type réalisés dans bon nombre d’agglomérations de France continentale, notamment, celles de taille moyenne où ils rencontrent un franc succès, en plus de modifier considérablement le paysage urbain et le cadre de vie. Par rapport au coût de la construction, il y a une nécessité de le replacer dans la durée de vie du système face aux avantages produits par ce dernier.

On peut noter que le choix du tramway par Cap Excellence a été renforcé par la décision prise par Ségolène Royal, ministre de l’Écologie et Alain Vidaliès, secrétaire d’État chargé des Transports de classer ce projet aux premiers rangs des projets retenus dans l’appel à projets et plus précisément à la 2e place, avec une subvention de 28.160 millions d’euros, juste après Marseille. Cap Excellence va donc s’efforcer de faire du projet de tramway un point fort pour le développement de l’agglomération pointoise dans le futur.

http://www.capexcellence.net/index.php/Transport/Transport/une-subvention-de-2816-millions-deuros-pour-le-projet-tramexcellence.html

 

La Région préfère les bus à haut niveau de service au tramway

En janvier 2018, le président de la Région Guadeloupe, Ary Chalus, annonce que le projet de tramway de la communauté d’agglomération Cap Excellence a été abandonné, en raison des coûts financiers trop onéreux quant à sa mise en oeuvre, puisqu’ils s’élèvent à 400 millions d’euros ! M. Chalus déclarait que cette somme serait réservée « à d’autres priorités comme l’eau ». Pour le projet de TCSP de l’agglomération pointoise, il a opté pour des Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), jugés moins coûteux. Il faut par ailleurs noter que bien qu’ils sont moins polluants que des autobus ordinaires, ils sont en revanche plus polluants que des tramways. Mais pour des personnalités politiques issus de partis de l’opposition, comme Harry Durimel, président des Verts Guadeloupe, cette décision du président de Région est perçue comme « une arnaque », puisque selon ce dernier, le projet du TCSP de Cap Excellence n’est pas qu’un « effet d’annonce ».

https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/cap-excellence-doit-renoncer-son-projet-tramway-554497.html

TCSP Martinique
Un des Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) du TCSP de l’agglomération de Fort-de-France (Martinique) : probablement la même forme qu’adoptera finalement le TCSP de la communauté d’agglomération Cap Excellence

Conclusion

Le projet de TCSP de la communauté d’agglomération Cap Excellence, située au cœur de la Guadeloupe, se veut comme un projet bien prometteur pour la région de Pointe-à-Pitre, puisqu’il servira au développement économique et social de cette dernière, et sera respectueux de l’environnement avec l’utilisation d’énergies et de matériaux renouvelables, et permettra la réduction de la dépendance à l’automobile pour ses habitants. De plus, le projet fait partie des premiers recensés dans l’appel à projet organisé sur l’ensemble du territoire français. Si au départ, ce projet devait prendre la forme d’un tramway, le Conseil Régional de la Guadeloupe a décidé, début 2018, qu’il prendra finalement celle d’un Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), ce qui n’est pas sans rappeler celui de la Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique (CACEM), dans l’île soeur, qui est devenu réalité en août 2018, qui tout comme le TCSP de Cap Excellence, devait initialement prendre la forme d’un tramway, mais qui est devenu un BHNS.

 

 

Mis à jour le 9 octobre 2018

Les projets de rénovation urbaine dans les DOM

 

Lorsqu’on parle de projets de rénovation urbaine en France, on parle souvent de ceux qui s’opèrent sur le territoire métropolitain (c’est-à-dire continental) et plus particulièrement dans les agglomérations parisienne et lyonnaise.

Mais depuis 2006, les départements d’Outre-Mer (DOM) ont vu se mettre en place des projets de rénovation urbaine., mais on ne parle pas souvent de ces derniers à l’échelle nationale.  Ces derniers sont pourtant assez prometteurs!

Ces projets de rénovation urbaine ultramarins concernent la Guadeloupe (971), la Martinique (972), la Guyane (973), la Réunion (974) et Mayotte (976).

C’est en Guadeloupe (notamment à Pointe-à-Pitre et aux Abymes) et en Guyane (notamment à Cayenne, Matoury et Kourou) que les projets de rénovation urbaine sont les plus actifs actuellement. Mais c’est à la Réunion que l’on compte le plus grand nombre de programmes de renouvellement urbain (on en dénombre pas moins de 5 !). Quant à la Martinique, elle compte deux projets de renouvellement urbain (qui concernent tous les deux la préfecture, Fort-De-France), alors que Mayotte n’en compte qu’un (à Mamoudzou).

Carte des projets de rénovation urbaine à Pointe-à-Pitre et aux Abymes (Guadeloupe)
Carte du périmètre délimitant les projets de rénovation urbaine en cours à Pointe-à-Pitre et aux Abymes (Guadeloupe)

Guadeloupe

Statut Montant projet ANRU

  • Guadeloupe (971)

Pointe-à-Pitre – RUPAP,

centre ville et Lauricisque

Signé

223 M€ 98 M€

Carte des quartiers de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) concernés par la rénovation urbaine
Carte des quartiers de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) concernés par la rénovation urbaine
Panneau annonçant la rénovation du quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Panneau annonçant la rénovation du quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Périmètre de la rénovation du quartier de Lauricisque (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Périmètre de la rénovation du quartier de Lauricisque (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Carte en 3D des projets de logements sociaux pour le quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Carte en 3D des projets de logements sociaux pour le quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Carte en 3D des projets de réaménagement du quartier de Bergevin (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Carte en 3D des projets de réaménagement du quartier de Bergevin (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Chantier de logements sociaux dans le quartier de Bergevin (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Chantier de logements sociaux à l’emplacement d’un ancien stade dans le quartier de Bergevin (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)

Les Abymes – Le Raizet et

grand camp

Signé

494 M€ 78 M€

Périmètre des quartiers des Abymes (Guadeloupe) concernés par la rénovation urbaine
Périmètre des quartiers des Abymes (Guadeloupe) concernés par la rénovation urbaine
Projet de rénovation du quartier de Grand-Camp, aux Abymes (Guadeloupe)
Projet de rénovation du quartier de Grand-Camp, aux Abymes (Guadeloupe)
Vision en 3D du réaménagement d'une rue du quartier du Raizet, aux Abymes (Guadeloupe)
Vision en 3D du réaménagement d’une rue du quartier du Raizet, aux Abymes (Guadeloupe)
  • Guyane

    Statut Montant projet ANRU

    Guyane (973)

    Cayenne. – Village Chinois,

    Quartiers Sud

    Signé

    151 M€ 41 M€7

Carte des projets de rénovation urbaine sur le territoire de Cayenne (Guyane Française)
Carte des projets de rénovation urbaine sur le territoire de Cayenne (Guyane Française)

 

  • Kourou – Centre Bourg, Cité

    Stade, Saramaca

    Signé

42 M€ 8 M€

Le Village Saramaca en rénovation (Kourou, Guyane Française)
Le Village Saramaca en rénovation (Kourou, Guyane Française)

 

  • Matoury – Copaya

Signé

71 M€ 20 M€

 

Rénovation du quartier Copaya à Matoury (Guyane Française)
Rénovation du quartier Copaya à Matoury (Guyane Française)
  • Martinique

    Statut Montant projet ANRU

    Martinique (972)

    Fort-de-France

    Signé

    126 M€ 40 M€

Brochure sur le projet de rénovation urbaine de Fort-de-France (Martinique)
Brochure sur le projet de rénovation urbaine de Fort-de-France (Martinique)
  • Fort-de-France – Bon AirSigné

    41 M€ 22 M€

    Brochure sur le réaménagement de la Cité Bon Air de Fort-de-France (Martinique) en éco-quartier caribéen
    Brochure sur le réaménagement de la Cité Bon Air de Fort-de-France (Martinique) en éco-quartier caribéen

     

  • Mayotte

    Statut Montant projet ANRU

    Mayotte (976)

    Mayotte – Mamoudzou –

    M’Gombani

    Signé

    39 M€ 13 M€

    Chantier de rénovation urbaine à Mayotte
    Chantier de rénovation urbaine à Mayotte

     

  • Réunion

    Statut Montant projet ANRU

    Réunion (974)

    Saint-Benoît – quartier de

    Bras-Fusil

    Signé

    75 M€ 12 M€

Pose du panneau annonçant la rénovation d'un lieu public du quartier Bras-Fusil à St-Benoît de la Rénion
Pose du panneau annonçant la rénovation d’un lieu public du quartier Bras-Fusil à St-Benoît de la Réunion
  • Saint-Pierre – Ravine Blanche

    Signé

    126 M€ 12 M€

Vue en 3D du projet de rénovation du quartier Ravine Blanche à St-Pierre de la Réunion
Vue en 3D du projet de rénovation du quartier Ravine Blanche à St-Pierre de la Réunion
  • Le Port – Zac 1(ou ZAC Rivière des Galets) et 2 (ou ZAC des Mascareignes)

  • Signé
  • 84 M€ 12 M€

Plan d'aménagement de la ZAC 1 (ou ZAC de la Rivière Des Galets) à St-André (La Réunion)
Plan d’aménagement de la ZAC 1 (ou ZAC de la Rivière des Galets) à St-André (La Réunion)
Périmètre d'aménagement de la ZAC des Mascareignes à St-André (Réunion)
Périmètre d’aménagement de la ZAC des Mascareignes à St-André (Réunion)
  • Saint-André – la Cressonière

    Signé

    79 M€ 21 M€

Carte de la ZUS de La Cressonnière à St-André (île de la Réunion)
Carte de la ZUS de La Cressonnière à St-André (île de la Réunion)
  • Saint-Denis – Camélias

    Vauban

    Signé

    56 M€ 20 M€

Affiche et logo du Projet de Rénovation Urbaine (PRU) du quartier Vauban/Camélias à St-Denis de la Réunion
Affiche et logo du Projet de Rénovation Urbaine (PRU) du quartier Vauban/Camélias à St-Denis de la Réunion

Parmi tous ces projets de renouvellement urbain en Outre-Mer, ceux de Pointe-à-Pitre et des Abymes (Guadeloupe), constituent les plus importants de tout le territoire français, par rapport au coût, mais surtout par rapport au nombre de logements devant être démolis, reconstruits et réhabilités. Ces projets s’inscrivent dans une volonté d’amélioration du cadre de vie dans ces deux communes, mais aussi de redynamisation au plan économique, notamment pour Pointe-à-Pitre, qui a perdu 20 000 habitants depuis 1990, mais aussi certaines activités économiques , au profit de sa périphérie (dont Les Abymes).

Vue aérienne des quartiers de Pointe-à-Pitre et des Abymes (Guadeloupe) concernés par le renouvellement urbain
Vue aérienne des quartiers de Pointe-à-Pitre et des Abymes (Guadeloupe) concernés par le renouvellement urbain

Voir les détails de ces deux projets de renouvellement urbain sur les sites web des deux communes:

http://www.ville-pointeapitre.fr/index.php/presentation-du-programme

http://www.ville-abymes.fr/IMG/pdf/synthese_de_la_presentation.pdf

Voir également le site du Contrat Urbain et de Cohésion Sociale (CUCS) de l’agglomération pointoise , rubrique « Habitat et cadre de vie » : http://www.cucsagglopointoise.com/spip.php?mot10

Voir la page sur Les Abymes : http://www.cucsagglopointoise.com/spip.php?article109

Ainsi que celle sur Pointe-à-Pitre:

http://www.cucsagglopointoise.com/spip.php?article108

À l’horizon 2020, ces  deux grands projets urbanistiques contribueront à modifier le paysage de l’agglomération pointoise.

Le 93 : un département en mutation urbanistique radicale

Depuis une trentaine d’années, la Seine-St-Denis (93) connait d’importants bouleversements de son paysage urbain marqué par les grands ensembles HLM construits entre les années 1950 et 70. Ceci s’est soldé par la démolition de bon nombre d’immeubles et la reconstruction de nouveaux aménagements à leur emplacement.

Démolition de la barre Debussy de la cité des 4000 à La Courneuve (93) en 1986
Démolition de la barre Debussy de la cité des 4000 à La Courneuve (93) en 1986

Tout a commencé le 18 février 1986, lorsque l’immense barre Debussy de la Cité des 4000 à La Courneuve fut démolie par implosion, ce qui représenta une première en France et en Europe.

http://www.youtube.com/watch?v=-Pzl1cojTN8

ZAC de l'Orme-Seul à La Courneuve (93), construite au début des années 1990 à l'emplacement de la défunte barre Debussy démolie en 1986
ZAC de l’Orme-Seul à La Courneuve (93), construite au début des années 1990 à l’emplacement de la défunte barre Debussy démolie en 1986

Elle a été depuis remplacée par un ensemble résidentiel appelé L’Orme Seul, composé d’immeubles de 4 étages.

Démolition de la barre B2 de la cité des Bosquets à Montfermeil (93) en juin 1994
Démolition de la barre B2 de la cité des Bosquets à Montfermeil (93) en juin 1994

Huit ans plus tard, le 16 juin 1994, une barre de 10 étages de la cité des Bosquets à Montfermeil (dite B2) fut démolie par implosion. Elle a laissé place à un centre de loisirs.

Vue aérienne du centre de loisirs Hergé à la cité des Bosquets (Montfermeil, 93) construit à l'emplacement de l'ancienne barre B2 démolie en 1994
Vue aérienne du centre de loisirs Hergé construit à l’emplacement de la défunte barre B2 de la cité des Bosquets à Montfermeil (93)

http://www.youtube.com/watch?v=QJ8BiELzVEw

Puis le 29 septembre 1995, le bâtiment B3 de la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis est démoli à son tour par implosion. Il a été remplacé depuis par un espace public.

Démolition du bâtiment B3 de la cité des Francs-Moisins à St-Denis (93) en septembre 1995
Démolition du bâtiment B3 de la cité des Francs-Moisins à St-Denis (93) en septembre 1995

http://www.youtube.com/watch?v=Q3FxW0E70J4

Démolition de la barre Renoir de la cité des 4000 à La Courneuve (93) en 2000
Démolition de la barre Renoir de la cité des 4000 à La Courneuve (93) en juin 2000

C’est réellement à partir de l’an 2000 que les chantiers de rénovation urbaine ont commencé à se multiplier dans ce département d’Ile-de-France. Le 8 juin 2000, la barre Renoir devient le deuxième bâtiment de la cité des 4000 à La Courneuve à être démoli à la dynamite. Sa démolition a permis l’extension du centre commercial avoisinant la Tour Leclerc (le plus haut immeuble de cet ensemble HLM avec 26 étages) ainsi que la construction de nouvelles résidences.

http://https://www.youtube.com/watch?v=SOCmqrLISpc

Voici les projets de rénovation urbaine actuellement en cours en Seine-Saint-Denis, commune par commune:

Commune Quartier(s) Contrat signé ? Montant du contrat (€)
Aulnay-sous-Bois Quartiers Nord  Oui  329 M
 Stains  Moulin Neuf  Oui  10M
 Clichy-sous-Bois/Montfermeil  Plateau  Oui  580M
 Stains  Clos-Saint-Lazare/Allende  Oui  194M
 Epinay-sur-Seine Oui  248M
 Villetaneuse Université/Allende/ Grandcoing  Oui  84M
 Sevran  Rougemont  Oui  125M
Pierrefitte-sur-Seine  Langevin-Lavoisier  Oui  41M
 Montreuil  Bel Air  Oui  104M
 Bondy  Quartiers Nord-Merisiers/14-Juillet/De Lattre de Tassigny  Oui  301M
Pierrefitte-sur-Seine  Les Poètes  Oui  188M
 Pantin  Villette/Quatre Chemins  Oui  61M
 Aubervilliers  4 Chemins  Oui  127M
 Bagnolet Malassis -copropriété la Noue  Oui  153M
 Drancy Jules Auffret, Pierre Sémard, Cité du Nord  Oui  191M
 La Courneuve  4000  Oui  298M
Le Blanc Mesnil Quartiers nord – art. 6  Oui  110M
Neuilly-sur-Marne Les Fauvettes  Oui  141M
Noisy-le-Grand Pavé Neuf – Champy – Hauts Bâtons  Oui  62M
Pantin Les Courtillières  Oui  217M
 Romainville Marcel Cachin  Oui  133M
 Saint Denis Floréal,Saussaie, Franc Moisin  Oui  250M
 Sevran  Beaudottes  Oui  86M
 Sevran Pont Blanc-Montceleux  Oui  87M
Villepinte Fontaine Mallet – Prevert  Oui  81M
Bobigny  Grand Quadrilatère  Oui  128M
Clichy-sous-Bois  Bas-Clichy  Oui  50M
Aubervilliers/Saint Denis  Cristino Garcia Landy  Oui  121M
 Bobigny Karl Marx – Paul Éluard  Oui  122M
 Stains  Cité Jardin  Oui  54M
 Pavillons sous Bois  La Poudrette Oui  60M
 OPH 93 Ingénierie Bailleurs IDF  Oui  3M
 Plaine Commune Habitat

Les IGH dans l’Outre-Mer français

En France, le terme IGH signifie Immeuble de Grande Hauteur. Ce terme urbanistique et architectural désigne des constructions ayant 15 étages ou plus (soit au minimum 50 mètres de haut). Cela s’applique à de grandes tours de bureaux ou des tours résidentielles, mais non pas à des tours d’observations (comme la Tour Eiffel, par exemple) ou des émetteurs de relais radio et télévision.

Dans l’Hexagone, on retrouve ce type de construction notamment en région parisienne (La Défense, Paris 13e, etc.), mais aussi dans certaines villes de province comme Lyon ou Marseille.

Mais saviez-vous qu’en Outre-Mer aussi il existe des IGH? Étonnant me direz-vous, car lorsqu’on parle de la France d’Outre-Mer, on pense tout de suite aux plages de sable blanc, au bleu turquoise de la mer, aux cocotiers ou aux forêts tropicales. Eh bien, il n’y pas que ça dans les terres ultramarines! On en retrouve quelques constructions verticales notamment aux Antilles, à la Réunion ou encore en Nouvelle-Calédonie ! Il faut toutefois noter que ces IGH ne dépassent pas 110 m de haut !

Voici, selon Emporis, site web spécialisé dans les gratte-ciel quelques uns des IGH ultramarins:

1) Pointe Simon 105.5m (Fort-de-France, Martinique) : la plus haute construction des Petites Antilles à l’heure actuelle ainsi que de tout l’Outre-Mer français

Tour du centre d'affaires de la Pointe Simon (Fort-de-France, Martinique)
Tour du centre d’affaires de la Pointe Simon (Fort-de-France, Martinique)

2)Ramada Plaza Noumea Tower I 75.90m (Nouméa, Nouvelle-Calédonie)
3) Ramada Plaza Noumea Tower II 72.28m 58m (Nouméa, Nouvelle- Calédonie) : ce sont les plus hautes constructions de Nouvelle-Calédonie
Tours de l'Hôtel Ramada Plaza (Nouméa, Nouvelle-Calédonie

4) Casa Del Sole 62.26m 57m (Nouméa, Nouvelle-Calédonie)

Casa Del Sole (Nouméa, Nouvelle-Calédonie)

5) société générale 56m (Nouméa, Nouvelle-Calédonie)

Immeuble Société Générale (Nouméa)

6) Tours de Godissard (Germaine et Eliane) 54.75m (Fort-de-France, Martinique) : elles constituaient les plus hautes constructions de la Martinique jusqu’à l’achèvement de la tour de la Pointe Simon en 2011.

Tour Germain (FDF) Tour Arianne (FDF)

7)Tours de la Gabarre 54.75m * (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
NB: Ces tours sont actuellement les plus hautes constructions de la Guadeloupe, mais plus pour très longtemps, car elles ont été promises à la démolition dans le cadre de la rénovation urbaine menée par la ville de Pointe-à-Pitre

Tours de la Gabarre (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)

8) Résidence Auteuil 48m (Saint-Denis de la Réunion) :achevée en 2011, cette tour est le plus haut édifice de l’île de la Réunion.

Tour Auteuil (St-Denis de la Réunion)

*chiffre supposé étant donné qu’il s’agit des « soeurs » des tours de Godissard