Archives pour la catégorie Guadeloupe

Projets d’urbanisme en Guadeloupe

Le nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) : une révolution dans le monde de la justice à l’échelle régionale

Nouveau TGI PAP
Vue d’ensemble en 3D du nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre, inauguré en octobre 2018

 

Introduction

Le nouveau Tribunal de Grande Instance (TGI) de Pointe-à-Pitre a été inauguré le 21 octobre 2018. Il se situe derrière la Sous-Préfecture de la Région Guadeloupe, entre la Place de la Victoire, La Darse et le Morne Massabielle. Il se différencie de l’ancien bâtiment situé sur la Place Gourbeyre, au centre-ville, par sa taille, puisque le nouveau bâtiment est plus grand que ce dernier et regroupe toutes les activités et services judiciaires et de nouvelles technologies y ont également fait leur entrée. Ceci pourrait être considéré comme une révolution dans le monde de la justice en Guadeloupe.

Maquette 3D TGI PAP
Maquette numérique du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre

 

Caractéristiques du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre

Emplacement du nouveau TGI

Le nouveau TGI de Pointe-à-Pitre se situe dans un terrain délimité par la Sous-Préfecture de la Région Guadeloupe à l’ouest, la rue Duplessis au sud, la rue Dugommier à l’est et la rue Lethière au nord. Celui-ci était autrefois occupé par l’ancienne maison d’arrêt (prison) désaffectée dès 1996 et qui a donc démolie en 2006-2007. Cette dernière fut située à l’angle des rues Lethière et Dugommier.

http://www.maximini.com/fr/news/guadeloupe/guadeloupe/seconde-vie-pour-la-prison-de-pointe-a-pitre/

Démolition de l'ancienne maison d'arrêt de PAP
Démolition de l’ancienne Maison d’arrêt de Pointe-à-Pitre en 2007
Palais de justice historique PAP
Le Palais de Justice historique de Pointe-à-Pitre, ancien siège du TGI jusqu’en octobre 2018
Annexe du Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre
Annexe du TGI de Pointe-à-Pitre, qui fut à l’origine un poste de gendarmerie

Pourquoi un nouveau TGI ?

Le nouveau TGI de Pointe-à-Pitre est largement accueilli pour les fonctionnaires, qui, après la désaffectation de l’ancienne maison d’arrêt survenu en 1996, avaient été transférés dans le tribunal historique situé sur la Place Gourbeyre, face à l’église Saint-Pierre et Saint-Paul (il a été construit en 1930 par Ali Tur, après le passage dévastateur du cyclone Okechobee sur la ville le 12 septembre 1928). Certains services du TGI (tribunal pour enfants, Conseil des Prud’hommes) sont installés dans l’ancienne caserne de gendarmerie depuis juin 2006 qui est adjacente au Palais de Justice actuel. et qui accueille, par ailleurs, les services de l’instruction et du juge des libertés et de la détention. Il faut noter que le projet de nouveau tribunal est attendu depuis plus de 30 ans par les employés du TGI qui se sentent à l’étroit dans la cité judiciaire bordant la Place Gourbeyre où ils travaillent depuis le milieu des années 1980. Il a fallu attendre 1997 pour que l’on décide de mettre en place ce projet de nouveau TGI. Des études furent ainsi menées afin de savoir comment opérer ce changement de grande envergure et surtout, déterminer l’emplacement du bâtiment.

http://www.maximini.com/fr/news/guadeloupe/guadeloupe/seconde-vie-pour-la-prison-de-pointe-a-pitre/

Le chantier

Après la démolition de l’ancienne maison d’arrêt qui s’est achevée en 2008, le site a connu de nombreuses années de travaux qui ont débuté peu après. La fin du chantier du nouveau TGI était initialement prévue pour 2011 avec une mise en service prévue pour 2012, ce qui permettra à près de 60 fonctionnaires de pouvoir traiter de divers dossiers dans de meilleures conditions. Notons que chaque année, le TGI de Pointe-à-Pitre est chargé de s’occuper de plus de 33 000 plaintes et procès verbaux au pénal, de plus de 3800 dossiers de contentieux au civil et enfin de 1000 dossiers au tribunal mixte de commerce.

http://www.maximini.com/fr/news/guadeloupe/guadeloupe/seconde-vie-pour-la-prison-de-pointe-a-pitre/

Mais le chantier a pris néanmoins du retard et ce n’est qu’en décembre 2015 que la construction de la nouvelle cité judiciaire pointoise a réellement débuté. Les travaux se sont finalement achevés en septembre 2018. Le nouveau Tribunal de Grande Instance a été officiellement inauguré le 21 octobre suivant et la première audience s’y est tenue dès le lendemain. Les travaux ont coûté, au total, 27 millions d’euros. La justice attend de ce nouveau TGI un confort et une sécurité optimales aussi bien pour les justiciables que pour le grand public, grâce à la modernité apportée par les aménagements intérieurs.

https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/grande-terre/pointe-pitre/nouveau-palais-justice-pointe-pitre-ouvrira-ses-portes-21-octobre-prochain-625382.html

Façade extérieure du TGI de PAP
Détail de la façade extérieure du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre vu depuis la Place Camille Desmoulins
Salle d'accueil Nouveau TGI PAP
Hall d’accueil du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre
Salle d'audience Nouveau TGI PAP
Intérieur d’une des sept salles d’audience du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre

Caractéristiques du bâtiment

Le nouveau TGI de Pointe-à-Pitre impressionne par sa taille. Le bâtiment occupe un espace total de 6000 m², ce qui représente un espace trois fois plus grand que celui du Palais de Justice historique de la Place Gourbeyre. À l’accueil, on ne compte pas qu’un seul guichet (contrairement au bâtiment historique de la place de l’Église), mais cinq ! Ces derniers sont regroupés en trois catégories différentes :

  • Les guichets A, B et C sont destinés à l’ensemble des usagers ;
  • Le guichet D est réservé aux partenaires de justice (avocats, enquêteurs, experts, etc.) ;
  • Enfin, le guichet E est, quant à lui, réservé aux personnes à mobilité réduite.

On peut ajouter que ces guichets sont également équipés pour accueillir les personnes sourdes et malentendantes.  Par ailleurs, le nouveau TGI dispose de box de confidentialité conçus pour recevoir les justiciables en toute discrétion. Autrement dit, ce sont les espaces privés où les avocats peuvent faire leurs consultations avec leurs clients, en plus d’une salle collective où ils se réunissent avant et après les audiences.

La nouvelle cité judiciaire pointoise dispose de sept salles d’audience (trois au rez-de-chaussée et quatre à l’étage), toutes dotées des derniers équipements technologiques (vidéoconférence, sonorisation, WiFi, etc.), mais aussi d’écrans à l’entrée de chacune de ces dernières qui annoncent l’audience en cours et les affaires traitées. On peut donc constater que la justice pointoise s’est véritablement modernisée.

Les matériaux utilisés pour la construction du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre sont le bois et la pierre, ce qui a émerveillé sa présidente, Mme Béatrice Blanc, qui a déclaré « n’avoir jamais été dans un palais de justice aussi beau« .

Autre innovation du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre : l’installation du SAUJ (Service d’Accueil Unique du Judiciable) qui permet de faciliter les démarches du public. Les services du parquet de Pointe-à-Pitre seront parallèlement réunis en un seul et même étage, dans le but d’améliorer l’efficacité. Par ailleurs, des circuits sécurisés ont été mis en place afin de favoriser les transferts des détenus sous escorte, empêchant ainsi tout contact avec le public, ce qui répond aux attentes du procureur de la République de la ville, M. Xavier Bonhomme. L’ancien tribunal restera en activité, mais servira dorénavant au Tribunal d’Instance et prud’homal.

http://www.franceguyane.fr/regions/amazonie-caraibes/un-nouveau-palais-de-justice-ultramoderne-421630.php

https://www.rci.fm/infos/justice/presentation-du-nouveau-palais-de-justice-de-pointe-pitre

Morne Massabielle - PAP
Vue du quartier du Morne Massabielle, un des quartiers du sud-est de Pointe-à-Pitre avoisinant le nouveau TGI, depuis la place Camille-Desmoulins caractérisé par de l’habitat ancien et insalubre

Insertion dans le tissu urbain environnant

Le nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre est situé dans un secteur du sud-est de la ville délimité par la Place de la Victoire, La Darse et le Morne Massabielle et dont le tissu urbain est caractérisé par des bâtiments délabrés. On peut constater qu’il s’agit là d’un contraste entre le nouveau bâtiment et les îlots avoisinants, par rapport à ses dimensions.

Mémorial ACTe - vue aérienne
Le Mémorial ACTe, musée caribéen consacré à la mémoire de l’esclavage ouvert en 2015 à l’emplacement de l’ancienne usine sucrière Darboussier : un exemple de reconversion réussie et de réaménagement des quartiers sud-est de Pointe-à-Pitre
Publireportage projet Hôtel Transatlantique PAP
Couverture du publireportage sur le projet de l’hôtel 4 étoiles Le Transatlantique, qui devrait être construit à côté du Mémorial ACTe et qui constituerait un moteur de développement économique des quartiers sud-est de Pointe-à-Pitre et de la communauté d’agglomération Cap Excellence dont Pointe-à-Pitre en est la ville-siège

Les quartiers sud-est de Pointe-à-Pitre (Carénage, Chemin-Neuf, Darboussier, Cour Zamia, etc.) sont en effet des îlots de pauvreté qui sont gangrenés non seulement par une forte délinquance, mais par la prostitution. Mais depuis le début des années 2000, ils connaissent une vaste opération de Résorption de l’Habitat Insalubre sans précédent qui changent le paysage de ces derniers et dont le programme est destiné à supprimer les logements insalubres dans ce secteur de la ville. Ceci y a notamment amené le Mémorial ACTe, le plus grand musée consacré à l’esclavage et à la diaspora noire dans le monde, ouvert en 2015 à l’emplacement de l’ancienne usine sucrière Darboussier en bord de mer. Non loin de là, un projet d’hôtel 4 étoiles, baptisé « Le Transatlantique », avait été dévoilé en juin 2016 par la Ville de Pointe-à-Pitre, en collaboration avec le groupe immobilier français Icade, l’investisseur français Manta Ray Group et du groupe hôtelier espagnol et international Melià Hotels. C’est un hôtel d’affaires et de loisirs qui pourrait symobliser un enjeu important dans le secteur de la sortie Sud-Est en pleine mutation, mais plus largement pour la communauté d’agglomération Cap Excellence (dont Pointe-à-Pitre en constitue le siège), dont il s’agit d’un moteur potentiel de son développement économique. Cet hôtel pourrait voir le jour au début de la décennie 2020.  La construction du nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre pourrait également s’inscrire dans cette dynamique de réaménagement urbain.

http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/economie/la-renovation-de-l-ilot-des-cours-zamia-n-est-pas-pour-demain-352306.php

http://www.caraibcreolenews.com/index.php/service-presse/item/6090-guadeloupe-presentation-de-l-hotel-le-transatlantique-4-etoiles

Conclusion

Le nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre, inauguré le 21 octobre 2018, a fait rentrer le monde judiciaire guadeloupéen dans le 21e siècle, grâce au confort moderne de ses espaces intérieurs, à l’introduction des nouvelles technologies, ainsi qu’aux conditions de sécurité optimale qu’il apporte aux usagers (avocats, juges et grand public). Mais on peut toujours s’interroger quant à son insertion au sein du tissu urbain des quartiers environnants constituant la Sortie Sud-Est de Pointe-à-Pitre (ce secteur urbain est nommé ainsi car il constitue une porte d’accès vers la commune voisine du Gosier, et plus largement la côte sud de la Grande-Terre), qui sont gangrenés par une très forte délinquance et une très forte pauvreté, mais dont le visage change progressivement depuis près de 20 ans avec cette importante RHI qui a permis l’élimination de l’habitat insalubre et son remplacement par de l’habitat neuf et moderne. Le nouveau TGI constitue un fort contraste avec son environnement immédiat, dont le visage pourrait changer dans les années à venir.

 

Publié le 31 octobre 2018, par Anthony Bassien-Capsa

 

 

 

 

 

 

 

La ZAC de Dothémare/Providence aux Abymes : une zone d’activités économiques en plein essor

 

Plan parc d'activités La Providence Abymes

Plan de développement du Parc d'activités de Providence 

 

Introduction

Le secteur de Dothémare/Providence aux Abymes connaît un essor fulgurant depuis plus de 25 ans. À tel point qu’il est désormais considéré comme le deuxième poumon économique de la Guadeloupe après la zone industrialo-commercialo-portuaire de Jarry, à Baie-Mahault et qu’elle a ainsi parallèlement ravi ce titre à la zone industrielle de Jaula à Lamentin. Ce secteur s’est développé en marge de la construction de l’aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes durant le milieu des années 1990 et il a connu une croissance explosive après l’ouverture du Centre commercial Milénis en 2000. Mais ce secteur en pleine expansion génère des retombées tant positives que négatives pour la commune que pour d’autres zones économiques de l’agglomération pointoise. Comment ce secteur des Abymes a-t-il connu un développement spectaculaire en près de 20 ans ? Quelles sont les forces et les faiblesses ? Et à quoi ressemblera son avenir ?

Carte Providence-Dothémare

Carte de la zone de Providence/Dothémare

 

Présentation de la ZAC de Dothémare/Providence

La ZAC de Dothémare/Providence se situe dans la commune des Abymes, entre l’aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes, le centre-ville et le secteur de Perrin où sera construit le futur CHU. Il est divisé en deux grands secteurs :

  • Le secteur de Providence-Sud (ou ZAE de Providence) est délimité à l’ouest et au sud par la zone aéroportuaire, au nord par la RN11, et à l’est par la RN5. Il comprend notamment : – le centre commercial Milénis, le multiplexe cinéma Cinéstar Guadeloupe, le complexe de vie Family Plaza, actuellement en construction, le lycée régional Felix Proto (anciennement le lycée de Providence), le centre commercial La Coulée Verte, ainsi que les sièges sociaux de l’IEDOM, d’Air Caraïbes, de même que l’entrepôt du Rhum Damoiseau ;
  • Le secteur de Providence-Nord est délimité à l’ouest par la mangrove, au sud par la RN11, au nord par la D106 qui le sépare du site où sera construit le futur CHU de Pointe-à-Pitre/Les Abymes et à l’est par la RN5. Il correspond au Parc d’Activités La Providence, qui regroupe le SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours), ainsi que les sièges du Rectorat de la Guadeloupe, de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) de la Guadeloupe et de la Sécurité Sociale de la Guadeloupe.

Vue du Parc d'activités La Providence (Les Abymes)

Vue du Parc d'Activités La Providence, développé depuis 1996 par la SEMAG

À ces deux secteurs s’ajoute un secteur est, situé le long de la RN5 conduisant vers Morne-À-L’eau et Le Moule, où se concentrent une station-service, un garage automobile et un centre d’apprentissage de conduite de camions.

Plan d'accès Parc d'activités La Providence.jpg

Plan d'accès au parc d'activités de Providence

Origines et étapes de ce développement spectaculaire

Le développement de la zone d’activités de Providence/Dothémare s’est déroulé en 3 différentes phases :

1ère phase (1991-2000)

La première phase de développement du secteur a débuté en 1991 avec la construction du Lycée de Providence (devenu depuis 2015 le Lycée Félix Proto), qui fut situé à l’époque en plein champ de cannes. (1) Par la suite,  la construction de l’aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes entre 1993 et 1996 a permis au secteur de se développer un peu plus. Mais c’est la construction du centre commercial Milénis en 2000 qui a été le véritable catalyseur du développement du secteur.

Le_lycee_Providence_devient_le_lycee_Felix_Proto

Vue aérienne du lycée Félix-Proto (ex-lycée de Providence)

pole_caraibes_2

Vue aérienne de l'aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes

Milenis

Le centre commercial Milenis, inauguré en juin 2000

2ème phase (2001-2014)

La deuxième phase de développement de la zone d’activités économiques de Providence/Dothémare débute en 2001, peu après l’inauguration du centre commercial Milénis. Elle se caractérise par la croissance spectaculaire du secteur nord, la ZAC de Dothémare, devenue depuis le Parc d’activités La Providence. Cette opération urbanistique de grande envergure a été pilotée par la Société d’Économie Mixte et d’Aménagement de la Guadeloupe (SEMAG), organisme qui a reçu en 2003, le certificat HQE (Haute Qualité Environnementale), ce qui a fait du parc d’actitivtés le premier des DROM (Départements et Régions d’Outre-Mer) à obtenir cela. Ceci a permis à des organismes publics comme la Caisse d’Allocations Familiales de la Guadeloupe (CAF Guadeloupe), la Sécurité Sociale de la Guadeloupe, ou encore le SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours), le Rectorat de la Guadeloupe et Pôle Emploi de s’y installer, tout comme diverses entreprises privées fuyant Pointe-à-Pitre ou Jarry. (2)

Il est important de souligner que 17 entreprises implantées dans le Parc d’activités La Providence font partie d’un organisme nommé l’ASL (Asssociation Syndicale Libre) et que ces dernières sont également propriétaires de terrains dans la zone. (3)

Rond-point Parc d'activités La Providence.jpg

Rond-point du Parc d'activités La Providence

 

Chantier La Kann'opé - Parc d'activités La Providence (Abymes)

 

Vue aérienne du chantier de La Kann'Opé en janvier 2013

Complexe SDIS Abymes

Complexe du SDIS Guadeloupe à Providence

Siège CAF Guadeloupe - Providence (Abymes)

Siège de la CAF de la Guadeloupe, ZAC de Providence

Siège Sécurité Sociale Guadeloupe - Les Abymes

Siège de la Caisse Générale de Sécurité Sociale (CGSS) de la Guadeloupe

Siège Rectorat Guadeloupe - Les Abymes

Siège du Rectorat de la Guadeloupe, ZAC de Providence

3ème phase (depuis 2011)

La troisième phase de développement de la zone de Providence/Dothémare a débuté en 2011 et concerne notamment la partie sud, située entre la RN5 et la zone de l’aéoport Pôle Caraïbes.

Derrière le centre commercial Milénis et le lycée Félix Proto, de nouveaux bâtiments ont été construits, comme le siège social de la compagnie aérienne Air Caraïbes ou celui de l’IEDOM, le tout premier cinéma multiplexe de Guadeloupe, Cinestar, inauguré en juin 2017, ou encore le centre commercial La Coulée Verte inauguré en juillet 2017. Le complexe Family Plaza, actuellement en construction, devrait être livré dans sa totalité dans les premiers mois de 2018.

Siège social Air Caraïbes
Siège social d'Air Caraïbes dans la ZAE de Providence

Siège social IEDOM Guadeloupe

Siège social de l'IEDOM dans le parc d'activités La Providence

Cinestar Abymes

Devanture du Cinestar Guadeloupe, le tout premier multiplexe cinéma de l'île

Family Plaza Abymes

Représentation visuelle en 3D du complexe Family Plaza, actuellement en construction
Monoprix - La Coulée Verte Abymes
Devanture du Monoprix au centre commercial la Coulée Verte, inauguré en 2017

 

Impacts du développement de la zone de Providence/Dothémare sur d’autres zones d’activités de l’agglomération pointoise

Le développement spectaculaire de la zone de Providence/Dothémare s’accompagne d’impacts aussi bien positifs que négatifs tant pour la ville des Abymes que pour l’ensemble de l’agglomération pointoise.

Impacts positifs

  • Cela redynamise les Abymes, commune la plus peuplée de Guadeloupe (près de 60 000 habitants !) avec l’arrivée de nombreuses entreprises ;
  • C’est en passe de devenir le second poumon économique de l’archipel après la zone industrialo-commercialo-portuaire de Jarry, à Baie-Mahault ;
  • La proximité de l’aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes est un atout majeur pour la zone, de même que le site du futur CHU (livraison en 2022) ;
  • La zone pourrait être facilement desservie par le futur tramway de Cap Excellence et ainsi reliée à l’ensemble de l’agglomération pointoise

 

Tramway Cap Excellence

Le tramway de la communauté d'agglomération Cap Excellence, futur lien entre la zone d'activité de Providence/Dothémare et l'ensemble de l'agglomération pointoise

 

ABM1_PLAQUETTE.pdf

Le futur CHU de Pointe-à-Pitre/Les Abymes, un vecteur pour le développement de la zone de Providence/Dothémare ?


 

Impacts négatifs

  • Concurrence pour d’autres zones d’activités de l’agglomération pointoise, plus particulièrement Pointe-à-Pitre et Jarry, puisqu’elle attire des entreprises publiques ou privées fuyant ces dernières, pouvant entraîner leur déclin ;
  • Diminution des terres agricoles dans le secteur ;
  • Accroissement potentiel de la pollution visuelle et atmosphérique.

pointe-a-pitre-citypage-port

Le port de Pointe-à-Pitre, ville subissant la concurrence de la zone de Providence/Dothémare

ZI Jarry

Vue aérienne de la zone industrielle de Jarry, poumon économique de la Guadeloupe concurrencée par le Parc d'activités de Prvidence/Dothémare

Quelques réalisations notables dans la zone de Providence/Dothémare

Voici les projets notables déjà réalisés ou en cours de réalisation dans la zone de Providence/Dothémare depuis 1991 :

  • Le lycée Général et Technologique Félix Proto (anciennement lycée de Providence), achevé en 1991. Effectif : 503 élèves (3) ;
  • Le parc d’activités La Providence (également connu sous le nom de La Kann’opé) développé entre 1996 et 2014 par la SEMAG. Il regroupe les sieges sociaux du Rectorat de la Guadeloupe, de la Sécurité Sociale, de la CAF, les locaux du SDIS (sapeurs-pompiers), ainsi que des espaces de logistique. Certifié ISO 14001 pour l’engagement des entreprises et des organismes publics présents en matière de développement durable ;
  • Le centre commercial Milenis (2e centre commercial de Guadeloupe), achevé en 2000. 61 boutiques et services, dont un hypermarché Carrefour (4) ;
  • Cinéstar Guadeloupe : premier cinéma multiplexe de Guadeloupe inauguré le 28 juin 2017. 10 salles gérées par Caribbean Cinémas, une entreprise basée à Porto Rico et gérant plusieurs salles de cinémas dans les Caraïbes. Il jouxte le complexe Family Plaza, actuellement en construction (5) ;
  • La Coulée Verte :  centre commercial de 4 boutiques (dont un magasin Monoprix) inauguré en juillet 2017 (6) ;
  • Complexe Family Plaza (actuellement en construction), centre de vie qui regroupera plusieurs magasins, des espaces de loisirs, ainsi qu’un hôtel et 1 500 places de parking. (7) Livraison prévue pour 2018.

 

Conclusion

La zone d’activités de Providence/Dothémare est sur le point de devenir le second poumon économique de la Guadeloupe, ce qui la fait entrer en compétition avec d’autres zones d’activités de l’agglomération pointoise, notamment Jarry et Pointe-à-Pitre intra-muros, tout en attirant les entreprises (publiques comme privées) fuyant ces deux autres pôles économiques et cherchant des terrains plus rentables. La mise en service de l’aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes en 1996 a par ailleurs favorisé son développement, par rapport à sa proximité. Il s’agit d’un véritable atout pour la ville des Abymes, commune la plus peuplée de cette région monodépartementale française d’Outre-Mer. Un des secteurs de cette zone a été certifié HQE pour le respect de l’environnement. L’arrivée du futur CHU sur le site de Perrin, ainsi que celle du futur tramway dans les années à venir devraient parachever son développement spectaculaire entamé depuis plus de 25 ans.

par Anthony Bassien-Capsa

 

 

 

 

 

 

 

 

Projets d’aménagements urbains en Outre-Mer : le TCSP de la communauté d’agglomération Cap’ Excellence (Guadeloupe)

Image numérique du futur tramway de la communauté d'agglomération Cap Excellence (Guadeloupe)
Image numérique du futur tramway de la communauté d’agglomération Cap Excellence (Guadeloupe)

 

Introduction

La communauté d’agglomération Cap Excellence, regroupant Pointe-à-Pitre, capitale économique de la Guadeloupe, avec les communes voisines des Abymes et de Baie-Mahault, a décidé de mettre sur pied un projet de tramway en collaboration avec le Syndicat Mixte des Transports du Petit-Cul-de-Sac Marin, qui devrait être mis en service aux alentours de 2020.  Ce projet a pour but d’inscrire l’agglomération pointoise dans une logique d’aménagement durable du territoire et d’améliorer les déplacements dans cette communauté d’agglomération située au cœur de la Guadeloupe. Celui-ci répond parfaitement aux attentes du Conseil régional de la Guadeloupe validées par leur Schéma d’Aménagement Régional (SAR).

Vision du futur tramway de l'agglomération de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Vision du futur tramway de l’agglomération de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)

 

Origines du projet

Présentation

Le projet du tramway de Cap Excellence a été mis en place par cette communauté d’agglomération en collaboration avec le Syndicat Mixte des Transports du Petit-Cul-de-sac-Marin, mais aussi avec le Conseil Régional et le Conseil Général (départemental) de la Guadeloupe. Il s’agit d’un projet partenarial. Le SMT est responsable des transports dans l’agglomération de Pointe-à-Pitre.

L’organisme intercommunal s’est vu déléguer la compétence dite « études et réalisation des équipements et infrastructures de transports publics urbains de voyageurs » pour la première tranche de réalisation du TCSP (Transport en Commun en Site Propre). Cette délégation permet à Cap Excellence d’insérer le projet aux opérations de rénovation urbaine de Pointe-à-Pitre (RUPAP) et des Abymes (RUZAB), plus particulièrement dans le domaine des déplacements et particulièrement la question du TCSP. Il faut par ailleurs noter que la réalisation d’un réseau de transport fut nécessaire pour poursuivre de ces deux opérations de rénovation urbaine de la région pointoise. Parallèlement, le SMT conservera la vision d’ensemble nécessaire à la mise en œuvre du PDU (Plan de Développement Urbain), plus particulièrement en ce qui concerne le déploiement du réseau d’autobus de l’agglomération pointoise. De son côté, Cap Excellence apportera son soutien financier, ainsi que sa participation en ingénierie à un projet structurant sur son territoire.

Mise en œuvre du projet

C’est en septembre 2013 que Cap Excellence et le SMT du Petit-Cul-de-Sac-Marin, ont présenté, en collaboration avec la Région Guadeloupe, la première tranche du projet dans le cadre du troisième appel à projets organisé sur le plan national concernant les transports collectifs et la mobilité durable.

Photo satellite représentant le tracé du futur tramway de la région pointoise
Photo satellite représentant le tracé du futur tramway de la région pointoise

 

Grandes lignes du projet

  • Le projet du tramway de la communauté d’agglomération Cap Excellence sera considéré comme la « colonne vertébrale » du réseau de transport urbain de la région pointoise. Il sera complété par le renouvellement du réseau de bus et des modes de transport actif (pistes cyclables et voies piétonnes). À plus long terme, le réseau de transport comprendra 2 lignes de tramway totalisant 31,3 kms de long et sera accompagné d’un réseau d’autobus urbain bien organisé et appelé à desservir les 4 communes de l’agglomération du centre de la Guadeloupe que sont Les Abymes, Baie-Mahault, Le Gosier (bien qu’elle fasse partie de la communauté de communes du Sud-Est Grande-Terre avec Sainte-Anne, Saint-François et l’île de La Désirade) et Pointe-à-Pitre.

 

Carte des 3 lignes du tramway Cap Excellence (Guadeloupe)
Carte des 3 lignes du tramway Cap Excellence (Guadeloupe)

 

Mise en œuvre du projet

La réalisation du tramway de l’agglomération pointoise s’opérera en 3 tranches :

  • La 1ère tranche du réseau sera mise en service en 2019. Elle correspondra à l’ouverture de la ligne 1 assurant la liaison Les Abymes/Pointe-à-Pitre/Baie-Mahault, selon un axe nord-est-ouest. Elle reliera le CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Pointe-à-Pitre/Les Abymes à la Zone Industrielle (Z.I.) de Jarry, ainsi qu’au centre-ville de Baie-Mahault. Celle-ci circulera sur une longueur de 10,7 km et comptera 24 stations. Cette première phase s’intègre au corridor présentant le potentiel de demande le plus élevé et qui est amené à répondre aux besoins prioritaires de désenclavement de quartiers faisant l’objet du programme dit « Politique de la Ville » comme Le Raizet et Grand-Camp, aux Abymes, ou encore Bergevin et Lauricisque, à Pointe-à-Pitre.
  • La 2e tranche du projet devrait être mise en service en 2023. Elle correspondra à l’ouverture de la ligne 2 assurant la liaison Les Abymes/Pointe-à-Pitre/Le Gosier, selon un axe nord-sud partant du quartier Petit-Pérou aux Abymes jusqu’à l’université de Fouillole à Pointe-à-Pitre, pour finalement aboutir dans le quartier de Belle-Plaine, près du centre-ville du Gosier. Cette ligne aura un parcours de 6,6 kms d’infrastructure supplémentaires et empruntera la route dite « des Écoles », en raison de la présence d’établissements scolaires (de la maternelle au lycée) sur cette portion.
  • La 3e et dernière tranche du projet devrait être mise en service vers 2030. À cet horizon, 14 kms d’infrastructure supplémentaires assureront la desserte de la zone industrielle de Jarry. Néanmoins, l’aménagement de la ligne 3 du tramway de l’agglomération pointoise devra faire face à des contraintes liées notamment au franchissement de la Rivière Salée, bras de mer séparant la Grande-Terre de la Basse-Terre, les deux îles constituant le territoire principal de la Guadeloupe.

Les pouvoirs publics estiment qu’à long terme, la cohérence globale du réseau sera atteinte une fois que les trois tranches seront réalisées et tout particulièrement lorsque la zone industrielle de Jarry, principal poumon économique de la région pointoise (et de la Guadeloupe, plus globalement) sera parfaitement desservie.

Il faut noter que cette cohérence qui concerne l’agglomération pointoise du nord au sud doit répondre aux enjeux suivants :

  • La nécessité de prendre en compte la desserte des nouveaux équipements publics situés au nord de la commune des Abymes, notamment : les nouveaux CHU et Centre de Gérontologie Régional; le parc d’activités de Dothémare-Providence, ainsi que les ZAE (Zone d’Activités Économiques) de Petit-Pérou et de Dugazon de Bourgogne actuellement en pleine restructuration.
  • Proposer une desserte efficace des quartiers faisant l’objet d’une rénovation urbaine et les relier aux principaux équipements et services publics (Le Raizet, Grand-Camp, Lauricisque, etc.)
  • Assurer la desserte des établissements scolaires (écoles maternelles et primaires, collèges, lycées et université)
  • Enfin, favoriser l’intermodalité et le report des trafics vers les transports en commun (parking relais au terminus nord du tramway aux Abymes, correspondance à Bergevin avec les bus départementaux et les liaisons maritimes vers Marie-Galante, Les Saintes, la Dominique ou la Martinique).

Objectifs

Le projet du tramway de la communauté d’agglomération Centre doit répondre aux objectifs suivants :

1) Amélioration modes de déplacements dans l’agglomération pointoise

  • Apporter un mode de transport fiable et attractif répondant aux besoins actuels et futurs du territoire ;
  • Faciliter les déplacements des habitants et des usagers de l’agglomération pointoise en valorisant le transport en commun ;
  • Remplacer certaines lignes d’autobus par un tramway jugé plus rapide, plus agréable, plus fiable, plus confortable et plus silencieux que ces dernières.

2) Aménagement et renouvellement urbains

  • Participer à la qualité urbaine des voies empruntées, accompagner les développements urbains ;
  • Renforcer la solidarité sociale par le transport
  • Desservir les quartiers faisant l’objet d’une rénovation urbaine;
  • Encourager le développement d’une mixité sociale.

3) Développement économique

  • Créer des emplois durables ;
  • Redynamiser les zones d’activités économiques de l’agglomération pointoise.
Affiche de la concertation publique pour le projet de tramway de Cap Excellence
Affiche de la concertation publique pour le projet de tramway de Cap Excellence

 

Concertation pour le projet

Modalités

En amont de l’enquête publique, la concertation préalable à la mise en route du projet de tramway est nécessaire pour que ce dernier soit un  succès. L’article L-300-2 du code de l’urbanisme rappelle justement qu’une procédure de concertation « doit intervenir préalablement à toute opération d’aménagement lorsqu’elle modifie de façon substantielle le cadre de vie ou l’activité économique ».

Le Conseil communautaire a pour mission de délibérer sur les objectifs poursuivis, ainsi que sur les modalités d’une concertation associant la population et les associations locales, les pouvoirs publics ainsi que les entreprises privées quant à l’élaboration du projet.

Le but d’une concertation est de recueillir l’avis des administrés et du grand public pour en tenir compte lorsque le projet est sur le point d’être élaboré. Le bilan de la concertation doit être validé par les conseils municipaux des villes membres de Cap Excellence, le SMT et le Conseil communautaire de la structure intercommunale.

Les séances de concertation ont pour objectifs de créer un débat, proposer des solutions, ou étudier les alternatives suggérées par la population locale. C’est en effet à ce moment-là que des problématiques réelles peuvent être identifiées, notamment sur le plan du cadre de vie des habitants.

Pour répondre aux besoins des usagers, plusieurs séances de concertation ont été prévues et durant lesquelles des modifications peuvent être évoquées afin d’ajuster plus finement les caractéristiques du projet.

Extrait de la vidéo de présentation du "Tram Excellence" (Guadeloupe)
Extrait de la vidéo de présentation du « Tram Excellence » (Guadeloupe)

 

Caractéristiques du projet

Les caractéristiques du tramway de la communauté d’agglomération Cap Excellence sont les suivantes :

  • Longueur des voies : 10,63 km ;
  • Nombre de rames : 22 ;
  • Jours de service : 7j/7 ;
  • Date de mise en service : 2019 ;
  • Horaires du service en semaine : de 5h à 23h.

La question environnementale

Dans le contexte énergétique de la Guadeloupe, la pertinence environnementale du projet de tramway de l’agglomération pointoise sera effective s’il remplit la condition de ne pas rejeter aucune émission de CO2 supplémentaire. Pour remplir ce défi, Cap Excellence et le SMT du Petit-Cul-de-sac-Marin ont prévu 3 suggestions :

  • la production d’électricité par le biais d’énergies renouvelables (notamment du photovoltaïque) sur les parkings relais et dans les centres de maintenance ;
  • une performance énergétique du matériel roulant ainsi que de tous les équipements et bâtiments à énergie positive ;
  • enfin, l’accompagnement au changement de la population pour un bon report modal de la voiture vers les transports en commun (action du PCET).

http://www.capexcellence.net/index.php/Transport/Transport/tramway-de-cap-excellence.html

Couverture de la Une du journal France-Antilles Guadeloupe de septembre 2013
Couverture de la Une du journal France-Antilles Guadeloupe de septembre 2013

 

Avancées du projet

En décembre 2014, le projet de TCSP développé par la communauté d’agglomération Cap Excellence et le Syndicat Mixte des Transports du Petit-Cul-de-sac-Marin a été retenu par le Ministère de l’Écologie et du Développement Durable, dans le cadre d’un appel à projets organisé sur l’ensemble du territoire français (métropole et Outre-Mer). La structure intercommunale s’est vue attribuer une subvention de 28,16 millions d’euros.  Le montant de cette subvention place le projet de tramway de l’agglomération pointoise à la deuxième position des 99 projets de ce type retenus par le ministère et qui représentent au total une enveloppe de 5,2 milliards d’euros. Le président de la communauté d’agglomération et maire de la commune des Abymes, Eric Jalton a d’ailleurs déclaré que « ceci prouve la solidité du dossier, la valeur du projet et la reconnaissance dont il dispose dans le panel des projets développés sur le territoire français ».

En plus des efforts réalisés pour le développement du réseau urbain d’agglomération avec la création récente du réseau Karu’lis, il a été jugé primordial que la région pointoise se dote à moyen terme d’un réseau apte à créer des liaisons efficaces entre les quartiers, les équipements collectifs et les zones d’activités économiques tout en limitant la croissance massive du transport individuel et de la pollution qu’elle génère. Ceci est en résumé la caractéristique fondamentale de l’axe « déplacements » du Plan Climat-Énergie Territorial élaboré par Cap Excellence. La structure intercommunale a opté pour le tramway, qui est perçu comme un mode de transport moderne, propre, efficace et accessible à tous. Elle a pris exemple sur des projets de ce type réalisés dans bon nombre d’agglomérations de France continentale, notamment, celles de taille moyenne où ils rencontrent un franc succès, en plus de modifier considérablement le paysage urbain et le cadre de vie. Par rapport au coût de la construction, il y a une nécessité de le replacer dans la durée de vie du système face aux avantages produits par ce dernier.

On peut noter que le choix du tramway par Cap Excellence a été renforcé par la décision prise par Ségolène Royal, ministre de l’Écologie et Alain Vidaliès, secrétaire d’État chargé des Transports de classer ce projet aux premiers rangs des projets retenus dans l’appel à projets et plus précisément à la 2e place, avec une subvention de 28.160 millions d’euros, juste après Marseille. Cap Excellence va donc s’efforcer de faire du projet de tramway un point fort pour le développement de l’agglomération pointoise dans le futur.

http://www.capexcellence.net/index.php/Transport/Transport/une-subvention-de-2816-millions-deuros-pour-le-projet-tramexcellence.html

 

La Région préfère les bus à haut niveau de service au tramway

En janvier 2018, le président de la Région Guadeloupe, Ary Chalus, annonce que le projet de tramway de la communauté d’agglomération Cap Excellence a été abandonné, en raison des coûts financiers trop onéreux quant à sa mise en oeuvre, puisqu’ils s’élèvent à 400 millions d’euros ! M. Chalus déclarait que cette somme serait réservée « à d’autres priorités comme l’eau ». Pour le projet de TCSP de l’agglomération pointoise, il a opté pour des Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), jugés moins coûteux. Il faut par ailleurs noter que bien qu’ils sont moins polluants que des autobus ordinaires, ils sont en revanche plus polluants que des tramways. Mais pour des personnalités politiques issus de partis de l’opposition, comme Harry Durimel, président des Verts Guadeloupe, cette décision du président de Région est perçue comme « une arnaque », puisque selon ce dernier, le projet du TCSP de Cap Excellence n’est pas qu’un « effet d’annonce ».

https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/cap-excellence-doit-renoncer-son-projet-tramway-554497.html

TCSP Martinique
Un des Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) du TCSP de l’agglomération de Fort-de-France (Martinique) : probablement la même forme qu’adoptera finalement le TCSP de la communauté d’agglomération Cap Excellence

Conclusion

Le projet de TCSP de la communauté d’agglomération Cap Excellence, située au cœur de la Guadeloupe, se veut comme un projet bien prometteur pour la région de Pointe-à-Pitre, puisqu’il servira au développement économique et social de cette dernière, et sera respectueux de l’environnement avec l’utilisation d’énergies et de matériaux renouvelables, et permettra la réduction de la dépendance à l’automobile pour ses habitants. De plus, le projet fait partie des premiers recensés dans l’appel à projet organisé sur l’ensemble du territoire français. Si au départ, ce projet devait prendre la forme d’un tramway, le Conseil Régional de la Guadeloupe a décidé, début 2018, qu’il prendra finalement celle d’un Bus à Haut Niveau de Service (BHNS), ce qui n’est pas sans rappeler celui de la Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique (CACEM), dans l’île soeur, qui est devenu réalité en août 2018, qui tout comme le TCSP de Cap Excellence, devait initialement prendre la forme d’un tramway, mais qui est devenu un BHNS.

 

 

Mis à jour le 9 octobre 2018