Archives pour la catégorie Rénovation urbaine

Projets de rénovation urbaine

Le nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) : une révolution dans le monde de la justice à l’échelle régionale

Nouveau TGI PAP
Vue d’ensemble en 3D du nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre, inauguré en octobre 2018

 

Introduction

Le nouveau Tribunal de Grande Instance (TGI) de Pointe-à-Pitre a été inauguré le 21 octobre 2018. Il se situe derrière la Sous-Préfecture de la Région Guadeloupe, entre la Place de la Victoire, La Darse et le Morne Massabielle. Il se différencie de l’ancien bâtiment situé sur la Place Gourbeyre, au centre-ville, par sa taille, puisque le nouveau bâtiment est plus grand que ce dernier et regroupe toutes les activités et services judiciaires et de nouvelles technologies y ont également fait leur entrée. Ceci pourrait être considéré comme une révolution dans le monde de la justice en Guadeloupe.

Maquette 3D TGI PAP
Maquette numérique du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre

 

Caractéristiques du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre

Emplacement du nouveau TGI

Le nouveau TGI de Pointe-à-Pitre se situe dans un terrain délimité par la Sous-Préfecture de la Région Guadeloupe à l’ouest, la rue Duplessis au sud, la rue Dugommier à l’est et la rue Lethière au nord. Celui-ci était autrefois occupé par l’ancienne maison d’arrêt (prison) désaffectée dès 1996 et qui a donc démolie en 2006-2007. Cette dernière fut située à l’angle des rues Lethière et Dugommier.

http://www.maximini.com/fr/news/guadeloupe/guadeloupe/seconde-vie-pour-la-prison-de-pointe-a-pitre/

Démolition de l'ancienne maison d'arrêt de PAP
Démolition de l’ancienne Maison d’arrêt de Pointe-à-Pitre en 2007
Palais de justice historique PAP
Le Palais de Justice historique de Pointe-à-Pitre, ancien siège du TGI jusqu’en octobre 2018
Annexe du Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre
Annexe du TGI de Pointe-à-Pitre, qui fut à l’origine un poste de gendarmerie

Pourquoi un nouveau TGI ?

Le nouveau TGI de Pointe-à-Pitre est largement accueilli pour les fonctionnaires, qui, après la désaffectation de l’ancienne maison d’arrêt survenu en 1996, avaient été transférés dans le tribunal historique situé sur la Place Gourbeyre, face à l’église Saint-Pierre et Saint-Paul (il a été construit en 1930 par Ali Tur, après le passage dévastateur du cyclone Okechobee sur la ville le 12 septembre 1928). Certains services du TGI (tribunal pour enfants, Conseil des Prud’hommes) sont installés dans l’ancienne caserne de gendarmerie depuis juin 2006 qui est adjacente au Palais de Justice actuel. et qui accueille, par ailleurs, les services de l’instruction et du juge des libertés et de la détention. Il faut noter que le projet de nouveau tribunal est attendu depuis plus de 30 ans par les employés du TGI qui se sentent à l’étroit dans la cité judiciaire bordant la Place Gourbeyre où ils travaillent depuis le milieu des années 1980. Il a fallu attendre 1997 pour que l’on décide de mettre en place ce projet de nouveau TGI. Des études furent ainsi menées afin de savoir comment opérer ce changement de grande envergure et surtout, déterminer l’emplacement du bâtiment.

http://www.maximini.com/fr/news/guadeloupe/guadeloupe/seconde-vie-pour-la-prison-de-pointe-a-pitre/

Le chantier

Après la démolition de l’ancienne maison d’arrêt qui s’est achevée en 2008, le site a connu de nombreuses années de travaux qui ont débuté peu après. La fin du chantier du nouveau TGI était initialement prévue pour 2011 avec une mise en service prévue pour 2012, ce qui permettra à près de 60 fonctionnaires de pouvoir traiter de divers dossiers dans de meilleures conditions. Notons que chaque année, le TGI de Pointe-à-Pitre est chargé de s’occuper de plus de 33 000 plaintes et procès verbaux au pénal, de plus de 3800 dossiers de contentieux au civil et enfin de 1000 dossiers au tribunal mixte de commerce.

http://www.maximini.com/fr/news/guadeloupe/guadeloupe/seconde-vie-pour-la-prison-de-pointe-a-pitre/

Mais le chantier a pris néanmoins du retard et ce n’est qu’en décembre 2015 que la construction de la nouvelle cité judiciaire pointoise a réellement débuté. Les travaux se sont finalement achevés en septembre 2018. Le nouveau Tribunal de Grande Instance a été officiellement inauguré le 21 octobre suivant et la première audience s’y est tenue dès le lendemain. Les travaux ont coûté, au total, 27 millions d’euros. La justice attend de ce nouveau TGI un confort et une sécurité optimales aussi bien pour les justiciables que pour le grand public, grâce à la modernité apportée par les aménagements intérieurs.

https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/grande-terre/pointe-pitre/nouveau-palais-justice-pointe-pitre-ouvrira-ses-portes-21-octobre-prochain-625382.html

Façade extérieure du TGI de PAP
Détail de la façade extérieure du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre vu depuis la Place Camille Desmoulins
Salle d'accueil Nouveau TGI PAP
Hall d’accueil du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre
Salle d'audience Nouveau TGI PAP
Intérieur d’une des sept salles d’audience du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre

Caractéristiques du bâtiment

Le nouveau TGI de Pointe-à-Pitre impressionne par sa taille. Le bâtiment occupe un espace total de 6000 m², ce qui représente un espace trois fois plus grand que celui du Palais de Justice historique de la Place Gourbeyre. À l’accueil, on ne compte pas qu’un seul guichet (contrairement au bâtiment historique de la place de l’Église), mais cinq ! Ces derniers sont regroupés en trois catégories différentes :

  • Les guichets A, B et C sont destinés à l’ensemble des usagers ;
  • Le guichet D est réservé aux partenaires de justice (avocats, enquêteurs, experts, etc.) ;
  • Enfin, le guichet E est, quant à lui, réservé aux personnes à mobilité réduite.

On peut ajouter que ces guichets sont également équipés pour accueillir les personnes sourdes et malentendantes.  Par ailleurs, le nouveau TGI dispose de box de confidentialité conçus pour recevoir les justiciables en toute discrétion. Autrement dit, ce sont les espaces privés où les avocats peuvent faire leurs consultations avec leurs clients, en plus d’une salle collective où ils se réunissent avant et après les audiences.

La nouvelle cité judiciaire pointoise dispose de sept salles d’audience (trois au rez-de-chaussée et quatre à l’étage), toutes dotées des derniers équipements technologiques (vidéoconférence, sonorisation, WiFi, etc.), mais aussi d’écrans à l’entrée de chacune de ces dernières qui annoncent l’audience en cours et les affaires traitées. On peut donc constater que la justice pointoise s’est véritablement modernisée.

Les matériaux utilisés pour la construction du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre sont le bois et la pierre, ce qui a émerveillé sa présidente, Mme Béatrice Blanc, qui a déclaré « n’avoir jamais été dans un palais de justice aussi beau« .

Autre innovation du nouveau TGI de Pointe-à-Pitre : l’installation du SAUJ (Service d’Accueil Unique du Judiciable) qui permet de faciliter les démarches du public. Les services du parquet de Pointe-à-Pitre seront parallèlement réunis en un seul et même étage, dans le but d’améliorer l’efficacité. Par ailleurs, des circuits sécurisés ont été mis en place afin de favoriser les transferts des détenus sous escorte, empêchant ainsi tout contact avec le public, ce qui répond aux attentes du procureur de la République de la ville, M. Xavier Bonhomme. L’ancien tribunal restera en activité, mais servira dorénavant au Tribunal d’Instance et prud’homal.

http://www.franceguyane.fr/regions/amazonie-caraibes/un-nouveau-palais-de-justice-ultramoderne-421630.php

https://www.rci.fm/infos/justice/presentation-du-nouveau-palais-de-justice-de-pointe-pitre

Morne Massabielle - PAP
Vue du quartier du Morne Massabielle, un des quartiers du sud-est de Pointe-à-Pitre avoisinant le nouveau TGI, depuis la place Camille-Desmoulins caractérisé par de l’habitat ancien et insalubre

Insertion dans le tissu urbain environnant

Le nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre est situé dans un secteur du sud-est de la ville délimité par la Place de la Victoire, La Darse et le Morne Massabielle et dont le tissu urbain est caractérisé par des bâtiments délabrés. On peut constater qu’il s’agit là d’un contraste entre le nouveau bâtiment et les îlots avoisinants, par rapport à ses dimensions.

Mémorial ACTe - vue aérienne
Le Mémorial ACTe, musée caribéen consacré à la mémoire de l’esclavage ouvert en 2015 à l’emplacement de l’ancienne usine sucrière Darboussier : un exemple de reconversion réussie et de réaménagement des quartiers sud-est de Pointe-à-Pitre
Publireportage projet Hôtel Transatlantique PAP
Couverture du publireportage sur le projet de l’hôtel 4 étoiles Le Transatlantique, qui devrait être construit à côté du Mémorial ACTe et qui constituerait un moteur de développement économique des quartiers sud-est de Pointe-à-Pitre et de la communauté d’agglomération Cap Excellence dont Pointe-à-Pitre en est la ville-siège

Les quartiers sud-est de Pointe-à-Pitre (Carénage, Chemin-Neuf, Darboussier, Cour Zamia, etc.) sont en effet des îlots de pauvreté qui sont gangrenés non seulement par une forte délinquance, mais par la prostitution. Mais depuis le début des années 2000, ils connaissent une vaste opération de Résorption de l’Habitat Insalubre sans précédent qui changent le paysage de ces derniers et dont le programme est destiné à supprimer les logements insalubres dans ce secteur de la ville. Ceci y a notamment amené le Mémorial ACTe, le plus grand musée consacré à l’esclavage et à la diaspora noire dans le monde, ouvert en 2015 à l’emplacement de l’ancienne usine sucrière Darboussier en bord de mer. Non loin de là, un projet d’hôtel 4 étoiles, baptisé « Le Transatlantique », avait été dévoilé en juin 2016 par la Ville de Pointe-à-Pitre, en collaboration avec le groupe immobilier français Icade, l’investisseur français Manta Ray Group et du groupe hôtelier espagnol et international Melià Hotels. C’est un hôtel d’affaires et de loisirs qui pourrait symobliser un enjeu important dans le secteur de la sortie Sud-Est en pleine mutation, mais plus largement pour la communauté d’agglomération Cap Excellence (dont Pointe-à-Pitre en constitue le siège), dont il s’agit d’un moteur potentiel de son développement économique. Cet hôtel pourrait voir le jour au début de la décennie 2020.  La construction du nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre pourrait également s’inscrire dans cette dynamique de réaménagement urbain.

http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/economie/la-renovation-de-l-ilot-des-cours-zamia-n-est-pas-pour-demain-352306.php

http://www.caraibcreolenews.com/index.php/service-presse/item/6090-guadeloupe-presentation-de-l-hotel-le-transatlantique-4-etoiles

Conclusion

Le nouveau Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre, inauguré le 21 octobre 2018, a fait rentrer le monde judiciaire guadeloupéen dans le 21e siècle, grâce au confort moderne de ses espaces intérieurs, à l’introduction des nouvelles technologies, ainsi qu’aux conditions de sécurité optimale qu’il apporte aux usagers (avocats, juges et grand public). Mais on peut toujours s’interroger quant à son insertion au sein du tissu urbain des quartiers environnants constituant la Sortie Sud-Est de Pointe-à-Pitre (ce secteur urbain est nommé ainsi car il constitue une porte d’accès vers la commune voisine du Gosier, et plus largement la côte sud de la Grande-Terre), qui sont gangrenés par une très forte délinquance et une très forte pauvreté, mais dont le visage change progressivement depuis près de 20 ans avec cette importante RHI qui a permis l’élimination de l’habitat insalubre et son remplacement par de l’habitat neuf et moderne. Le nouveau TGI constitue un fort contraste avec son environnement immédiat, dont le visage pourrait changer dans les années à venir.

 

Publié le 31 octobre 2018, par Anthony Bassien-Capsa

 

 

 

 

 

 

 

Projets urbanistiques dans le Montréal métropolitain – Le Triangle Namur Jean-Talon

Vue aérienne du secteur concerné par ce projet
Vue aérienne du secteur concerné par ce projet

 

Le secteur Namur/Jean-Talon, communément appelé « Le Triangle » est un des plus grands projets immobiliers de la région métropolitaine de Montréal. Celui-ci est actuellement en cours d’achèvement.  Ce secteur, situé dans le nord du quartier Côte-des-Neiges est délimité au nord par la rue de la Savane, à l’est par la rue (ou avenue) Victoria, au sud par la rue Jean-Talon Ouest et à l’ouest par le boulevard (et l’autoroute) Décarie. Il est d’ailleurs proche de l’ancien hippodrome Blue Bonnets qui est l’autre projet immobilier de grande envergure par l’arrondissement de Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce dont on envisage la reconversion de ce dernier en un ensemble résidentiel.

Vue en 3d de l'ensemble du projet du réaménagement du Triangle Namur/Jean-Talon dans le quartier de Côte-des-Neiges à Montréal
Vue en 3d de l’ensemble du projet du réaménagement du Triangle Namur/Jean-Talon dans le quartier de Côte-des-Neiges à Montréal

Les Montréalais connaissent mieux ce secteur en raison de la présence de magasins-entrepôts (Le Château, Le Village des Valeurs, etc.) des locaux de  la SPCA (Société pout la Protection contre la Cruauté envers les Animaux) et de concessions automobiles (BMW, Mini, Mercedes-Benz, Nissan, Infiniti, Acura, etc.).

Devanture du magasin-entrepôt Le Château sur la rue Jean-Talon Ouest
Devanture du magasin-entrepôt Le Château sur la rue Jean-Talon Ouest
Magasin-entrepôt Le Village des Valeurs sur la rue Jean-Talon Ouest
Magasin-entrepôt Le Village des Valeurs sur la rue Jean-Talon Ouest
Bâtiment de la SPCA (Société pour la Protection contre la Cruauté envers les Animaux) sur l'avenue Mountain Sights
Bâtiment de la SPCA (Société pour la Protection contre la Cruauté envers les Animaux) sur l’avenue Mountain Sights
Concessionnaires BMW Canbec et Mini Mont-Royal sur la rue Jean-Talon Ouest
Concessionnaires BMW Canbec et Mini Mont-Royal sur la rue Jean-Talon Ouest
Concessionnaire Mercedes-Benz Silver Star sur la rue Jean-Talon Ouest
Concessionnaire Mercedes-Benz Silver Star sur la rue Jean-Talon Ouest
Concessionnaire Cité Nissan sur la rue Jean-Talon Ouest
Concessionnaire Cité Nissan sur la rue Jean-Talon Ouest
Publicité pour le concesssionnaire Luciani Acura et Infiniti
Publicité pour le concesssionnaire Luciani Acura et Infiniti

Mais ce secteur est en train de changer progressivement de visage depuis 2008 avec la construction d’un quartier mixte, à vocation essentiellement résidentielle. Le projet prévoit la construction de 3200 unités de logements sur plusieurs années.

Vue aérienne des projets résidentiels du Triangle Namur/Jean-Talon
Vue aérienne des projets résidentiels du Triangle Namur/Jean-Talon

Il faut ajouter que la trame viaire de ce secteur de Côte-des-Neiges est mal organisée selon la Ville de Montréal. En effet, cette dernière a créé des îlots vacants et sous-utilisés. Celle-ci sera réorganisée dans le cadre de ce projet de grande envergure. En effet, la ville prévoit de grandes orientations pour le secteur: par exemple, on veut rendre la rue de la Savane plus résidentielle, limiter la vente d’automobiles à la port l’est de la rue Victoria, agrandir le parc de la Savane, ou encore aménager une place publique au coin des rues Jean-Talon Ouest et Paré.

Vue actuelle de la rue Buchan dans le Triangle Namur/Jean-Talon
Vue actuelle de la rue Buchan dans le Triangle Namur/Jean-Talon
Projection en 3D de la future rue Buchan
Projection en 3D de la future rue Buchan

On peut noter que ce projet est également de type TOD (Transit-0riented Development), c’est-à-dire axé sur les transports en commun, puisque le secteur est desservi par une ligne de bus et par deux stations de métro de la ligne orange que sont Namur et De La Savane. Ceci s’inscrit dans une logique de densification des zones situées à proximité de transports publics, telle que proposée par la Ville de Montréal. Ce nouveau plan d’urbanisme favorise en effet la construction d’édifices de 12 étages ayant un coefficient d’occupation du sol de 1 pour 6.

Plan d'ensemble du Triangle Namur/Jean-Talon avec présence des stations de métro Namur et De La Savane
Plan d’ensemble du Triangle Namur/Jean-Talon avec présence des stations de métro Namur et De La Savane
Entrée de la station de métro Namur sur la rue Jean-Talon Ouest
Entrée de la station de métro Namur sur la rue Jean-Talon Ouest

Depuis le début ce chantier, des projets immobiliers ont déjà été achevés avec succès. C’est le cas de l’immeuble ma‾  Condos (8 étages) sur la rue Paré qui a été construit en 2008 et des immeubles Condos Côté Ouest (8 étages), sur la rue Paré construits entre 2008 et 2010; des phases I des immeubles Rouge Condominiums (8 étages), au coin des rues Jean-Talon et Victoria, Condos Rêve (12 étages) sur Jean-Talon  et Condos Vue (10 étages) au coin de la rue Jean-Talon et de l’avenue Mountain Sights achevées en 2011; des phases II de Rouge Condominiums (12 étages) sur l’avenue Victoria  et des Condos Vue (10 étages) sur Mountain Sights achevées en 2012; enfin, des phases III (12 étages) et IV (10 étages) des Condos Vue sur la rue Buchan achevées en 2013.

Résidence Côté Ouest - Phase 1
Condos Côté Ouest – Phase 1
Condos Côté Ouest - Phase 2
Condos Côté Ouest – Phase 2
Rouge Condominiums - Phase 1
Rouge Condominiums – Phase 1
Condos Rêve
Condos Rêve
Condos Vue - Phases 1 et 2
Condos Vue – Phases 1 et 2
Rouge Condominiums - Phase 2
Rouge Condominiums – Phase 2
Condos Vue - Phase 3
Condos Vue – Phase 3
Condos Vue - Phase 4
Condos Vue – Phase 4
Rouge Condominiums - Phase 3
Rouge Condominiums – Phase 3

D’autres projets immobiliers sont en cours d’achèvement, comme c’est le cas de la phase IV de Rouge Condominiums (12 étages), sur Jean-Talon ou de l’immeuble de Luz Condos (10 étages) sur le boulevard de la Savane qui doivent être complétés dans le courant de 2014.

Rouge Condominiums - Phase 4 (vue en 3D du projet)
Rouge Condominiums – Phase 4 (vue en 3D du projet)
Vue extérieure en 3D de la résidence Luz Condos (projet en cours de construction)
Vue extérieure en 3D de la résidence Luz Condos (projet en cours de construction)
Vue (en 3D de la cour intérieur de la résidence Luz Condos
Vue (en 3D de la cour intérieur de la résidence Luz Condos
Vue de la résidence Luz Condos au crépuscule
Vue de la résidence Luz Condos au crépuscule
Vue en 3D de la résidence Ma Condos
Vue aérienne en 3D de la résidence Ma Condos
Autre vue aérienne en 3D de la résidence Ma Condos
Autre vue aérienne en 3D de la résidence Ma Condos

Enfin, un dernier projet immobilier qui est la phase V de Rouge Condominiums (12 étages), sur Jean-Talon doit être achevé en 2015.

Vue en 3D du projet Rouge Condominiums - Phase 5
Vue en 3D du projet Rouge Condominiums – Phase 5

En résumé, le Triangle Namur/Jean-Talon aura vu son visage changer radicalement en l’espace de 7 ans.

http://www.imtl.org/montreal.php?vsearch=1&expo=SECTEUR_NAMUR&m=Le Triangle (Secteur Namur)

Les projets de rénovation urbaine dans les DOM

 

Lorsqu’on parle de projets de rénovation urbaine en France, on parle souvent de ceux qui s’opèrent sur le territoire métropolitain (c’est-à-dire continental) et plus particulièrement dans les agglomérations parisienne et lyonnaise.

Mais depuis 2006, les départements d’Outre-Mer (DOM) ont vu se mettre en place des projets de rénovation urbaine., mais on ne parle pas souvent de ces derniers à l’échelle nationale.  Ces derniers sont pourtant assez prometteurs!

Ces projets de rénovation urbaine ultramarins concernent la Guadeloupe (971), la Martinique (972), la Guyane (973), la Réunion (974) et Mayotte (976).

C’est en Guadeloupe (notamment à Pointe-à-Pitre et aux Abymes) et en Guyane (notamment à Cayenne, Matoury et Kourou) que les projets de rénovation urbaine sont les plus actifs actuellement. Mais c’est à la Réunion que l’on compte le plus grand nombre de programmes de renouvellement urbain (on en dénombre pas moins de 5 !). Quant à la Martinique, elle compte deux projets de renouvellement urbain (qui concernent tous les deux la préfecture, Fort-De-France), alors que Mayotte n’en compte qu’un (à Mamoudzou).

Carte des projets de rénovation urbaine à Pointe-à-Pitre et aux Abymes (Guadeloupe)
Carte du périmètre délimitant les projets de rénovation urbaine en cours à Pointe-à-Pitre et aux Abymes (Guadeloupe)

Guadeloupe

Statut Montant projet ANRU

  • Guadeloupe (971)

Pointe-à-Pitre – RUPAP,

centre ville et Lauricisque

Signé

223 M€ 98 M€

Carte des quartiers de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) concernés par la rénovation urbaine
Carte des quartiers de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) concernés par la rénovation urbaine
Panneau annonçant la rénovation du quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Panneau annonçant la rénovation du quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Périmètre de la rénovation du quartier de Lauricisque (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Périmètre de la rénovation du quartier de Lauricisque (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Carte en 3D des projets de logements sociaux pour le quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Carte en 3D des projets de logements sociaux pour le quartier de Lauricisque à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Carte en 3D des projets de réaménagement du quartier de Bergevin (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Carte en 3D des projets de réaménagement du quartier de Bergevin (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Chantier de logements sociaux dans le quartier de Bergevin (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
Chantier de logements sociaux à l’emplacement d’un ancien stade dans le quartier de Bergevin (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)

Les Abymes – Le Raizet et

grand camp

Signé

494 M€ 78 M€

Périmètre des quartiers des Abymes (Guadeloupe) concernés par la rénovation urbaine
Périmètre des quartiers des Abymes (Guadeloupe) concernés par la rénovation urbaine
Projet de rénovation du quartier de Grand-Camp, aux Abymes (Guadeloupe)
Projet de rénovation du quartier de Grand-Camp, aux Abymes (Guadeloupe)
Vision en 3D du réaménagement d'une rue du quartier du Raizet, aux Abymes (Guadeloupe)
Vision en 3D du réaménagement d’une rue du quartier du Raizet, aux Abymes (Guadeloupe)
  • Guyane

    Statut Montant projet ANRU

    Guyane (973)

    Cayenne. – Village Chinois,

    Quartiers Sud

    Signé

    151 M€ 41 M€7

Carte des projets de rénovation urbaine sur le territoire de Cayenne (Guyane Française)
Carte des projets de rénovation urbaine sur le territoire de Cayenne (Guyane Française)

 

  • Kourou – Centre Bourg, Cité

    Stade, Saramaca

    Signé

42 M€ 8 M€

Le Village Saramaca en rénovation (Kourou, Guyane Française)
Le Village Saramaca en rénovation (Kourou, Guyane Française)

 

  • Matoury – Copaya

Signé

71 M€ 20 M€

 

Rénovation du quartier Copaya à Matoury (Guyane Française)
Rénovation du quartier Copaya à Matoury (Guyane Française)
  • Martinique

    Statut Montant projet ANRU

    Martinique (972)

    Fort-de-France

    Signé

    126 M€ 40 M€

Brochure sur le projet de rénovation urbaine de Fort-de-France (Martinique)
Brochure sur le projet de rénovation urbaine de Fort-de-France (Martinique)
  • Fort-de-France – Bon AirSigné

    41 M€ 22 M€

    Brochure sur le réaménagement de la Cité Bon Air de Fort-de-France (Martinique) en éco-quartier caribéen
    Brochure sur le réaménagement de la Cité Bon Air de Fort-de-France (Martinique) en éco-quartier caribéen

     

  • Mayotte

    Statut Montant projet ANRU

    Mayotte (976)

    Mayotte – Mamoudzou –

    M’Gombani

    Signé

    39 M€ 13 M€

    Chantier de rénovation urbaine à Mayotte
    Chantier de rénovation urbaine à Mayotte

     

  • Réunion

    Statut Montant projet ANRU

    Réunion (974)

    Saint-Benoît – quartier de

    Bras-Fusil

    Signé

    75 M€ 12 M€

Pose du panneau annonçant la rénovation d'un lieu public du quartier Bras-Fusil à St-Benoît de la Rénion
Pose du panneau annonçant la rénovation d’un lieu public du quartier Bras-Fusil à St-Benoît de la Réunion
  • Saint-Pierre – Ravine Blanche

    Signé

    126 M€ 12 M€

Vue en 3D du projet de rénovation du quartier Ravine Blanche à St-Pierre de la Réunion
Vue en 3D du projet de rénovation du quartier Ravine Blanche à St-Pierre de la Réunion
  • Le Port – Zac 1(ou ZAC Rivière des Galets) et 2 (ou ZAC des Mascareignes)

  • Signé
  • 84 M€ 12 M€

Plan d'aménagement de la ZAC 1 (ou ZAC de la Rivière Des Galets) à St-André (La Réunion)
Plan d’aménagement de la ZAC 1 (ou ZAC de la Rivière des Galets) à St-André (La Réunion)
Périmètre d'aménagement de la ZAC des Mascareignes à St-André (Réunion)
Périmètre d’aménagement de la ZAC des Mascareignes à St-André (Réunion)
  • Saint-André – la Cressonière

    Signé

    79 M€ 21 M€

Carte de la ZUS de La Cressonnière à St-André (île de la Réunion)
Carte de la ZUS de La Cressonnière à St-André (île de la Réunion)
  • Saint-Denis – Camélias

    Vauban

    Signé

    56 M€ 20 M€

Affiche et logo du Projet de Rénovation Urbaine (PRU) du quartier Vauban/Camélias à St-Denis de la Réunion
Affiche et logo du Projet de Rénovation Urbaine (PRU) du quartier Vauban/Camélias à St-Denis de la Réunion

Parmi tous ces projets de renouvellement urbain en Outre-Mer, ceux de Pointe-à-Pitre et des Abymes (Guadeloupe), constituent les plus importants de tout le territoire français, par rapport au coût, mais surtout par rapport au nombre de logements devant être démolis, reconstruits et réhabilités. Ces projets s’inscrivent dans une volonté d’amélioration du cadre de vie dans ces deux communes, mais aussi de redynamisation au plan économique, notamment pour Pointe-à-Pitre, qui a perdu 20 000 habitants depuis 1990, mais aussi certaines activités économiques , au profit de sa périphérie (dont Les Abymes).

Vue aérienne des quartiers de Pointe-à-Pitre et des Abymes (Guadeloupe) concernés par le renouvellement urbain
Vue aérienne des quartiers de Pointe-à-Pitre et des Abymes (Guadeloupe) concernés par le renouvellement urbain

Voir les détails de ces deux projets de renouvellement urbain sur les sites web des deux communes:

http://www.ville-pointeapitre.fr/index.php/presentation-du-programme

http://www.ville-abymes.fr/IMG/pdf/synthese_de_la_presentation.pdf

Voir également le site du Contrat Urbain et de Cohésion Sociale (CUCS) de l’agglomération pointoise , rubrique « Habitat et cadre de vie » : http://www.cucsagglopointoise.com/spip.php?mot10

Voir la page sur Les Abymes : http://www.cucsagglopointoise.com/spip.php?article109

Ainsi que celle sur Pointe-à-Pitre:

http://www.cucsagglopointoise.com/spip.php?article108

À l’horizon 2020, ces  deux grands projets urbanistiques contribueront à modifier le paysage de l’agglomération pointoise.

Le 93 : un département en mutation urbanistique radicale

Depuis une trentaine d’années, la Seine-St-Denis (93) connait d’importants bouleversements de son paysage urbain marqué par les grands ensembles HLM construits entre les années 1950 et 70. Ceci s’est soldé par la démolition de bon nombre d’immeubles et la reconstruction de nouveaux aménagements à leur emplacement.

Démolition de la barre Debussy de la cité des 4000 à La Courneuve (93) en 1986
Démolition de la barre Debussy de la cité des 4000 à La Courneuve (93) en 1986

Tout a commencé le 18 février 1986, lorsque l’immense barre Debussy de la Cité des 4000 à La Courneuve fut démolie par implosion, ce qui représenta une première en France et en Europe.

http://www.youtube.com/watch?v=-Pzl1cojTN8

ZAC de l'Orme-Seul à La Courneuve (93), construite au début des années 1990 à l'emplacement de la défunte barre Debussy démolie en 1986
ZAC de l’Orme-Seul à La Courneuve (93), construite au début des années 1990 à l’emplacement de la défunte barre Debussy démolie en 1986

Elle a été depuis remplacée par un ensemble résidentiel appelé L’Orme Seul, composé d’immeubles de 4 étages.

Démolition de la barre B2 de la cité des Bosquets à Montfermeil (93) en juin 1994
Démolition de la barre B2 de la cité des Bosquets à Montfermeil (93) en juin 1994

Huit ans plus tard, le 16 juin 1994, une barre de 10 étages de la cité des Bosquets à Montfermeil (dite B2) fut démolie par implosion. Elle a laissé place à un centre de loisirs.

Vue aérienne du centre de loisirs Hergé à la cité des Bosquets (Montfermeil, 93) construit à l'emplacement de l'ancienne barre B2 démolie en 1994
Vue aérienne du centre de loisirs Hergé construit à l’emplacement de la défunte barre B2 de la cité des Bosquets à Montfermeil (93)

http://www.youtube.com/watch?v=QJ8BiELzVEw

Puis le 29 septembre 1995, le bâtiment B3 de la cité des Francs-Moisins à Saint-Denis est démoli à son tour par implosion. Il a été remplacé depuis par un espace public.

Démolition du bâtiment B3 de la cité des Francs-Moisins à St-Denis (93) en septembre 1995
Démolition du bâtiment B3 de la cité des Francs-Moisins à St-Denis (93) en septembre 1995

http://www.youtube.com/watch?v=Q3FxW0E70J4

Démolition de la barre Renoir de la cité des 4000 à La Courneuve (93) en 2000
Démolition de la barre Renoir de la cité des 4000 à La Courneuve (93) en juin 2000

C’est réellement à partir de l’an 2000 que les chantiers de rénovation urbaine ont commencé à se multiplier dans ce département d’Ile-de-France. Le 8 juin 2000, la barre Renoir devient le deuxième bâtiment de la cité des 4000 à La Courneuve à être démoli à la dynamite. Sa démolition a permis l’extension du centre commercial avoisinant la Tour Leclerc (le plus haut immeuble de cet ensemble HLM avec 26 étages) ainsi que la construction de nouvelles résidences.

http://https://www.youtube.com/watch?v=SOCmqrLISpc

Voici les projets de rénovation urbaine actuellement en cours en Seine-Saint-Denis, commune par commune:

Commune Quartier(s) Contrat signé ? Montant du contrat (€)
Aulnay-sous-Bois Quartiers Nord  Oui  329 M
 Stains  Moulin Neuf  Oui  10M
 Clichy-sous-Bois/Montfermeil  Plateau  Oui  580M
 Stains  Clos-Saint-Lazare/Allende  Oui  194M
 Epinay-sur-Seine Oui  248M
 Villetaneuse Université/Allende/ Grandcoing  Oui  84M
 Sevran  Rougemont  Oui  125M
Pierrefitte-sur-Seine  Langevin-Lavoisier  Oui  41M
 Montreuil  Bel Air  Oui  104M
 Bondy  Quartiers Nord-Merisiers/14-Juillet/De Lattre de Tassigny  Oui  301M
Pierrefitte-sur-Seine  Les Poètes  Oui  188M
 Pantin  Villette/Quatre Chemins  Oui  61M
 Aubervilliers  4 Chemins  Oui  127M
 Bagnolet Malassis -copropriété la Noue  Oui  153M
 Drancy Jules Auffret, Pierre Sémard, Cité du Nord  Oui  191M
 La Courneuve  4000  Oui  298M
Le Blanc Mesnil Quartiers nord – art. 6  Oui  110M
Neuilly-sur-Marne Les Fauvettes  Oui  141M
Noisy-le-Grand Pavé Neuf – Champy – Hauts Bâtons  Oui  62M
Pantin Les Courtillières  Oui  217M
 Romainville Marcel Cachin  Oui  133M
 Saint Denis Floréal,Saussaie, Franc Moisin  Oui  250M
 Sevran  Beaudottes  Oui  86M
 Sevran Pont Blanc-Montceleux  Oui  87M
Villepinte Fontaine Mallet – Prevert  Oui  81M
Bobigny  Grand Quadrilatère  Oui  128M
Clichy-sous-Bois  Bas-Clichy  Oui  50M
Aubervilliers/Saint Denis  Cristino Garcia Landy  Oui  121M
 Bobigny Karl Marx – Paul Éluard  Oui  122M
 Stains  Cité Jardin  Oui  54M
 Pavillons sous Bois  La Poudrette Oui  60M
 OPH 93 Ingénierie Bailleurs IDF  Oui  3M
 Plaine Commune Habitat

Les IGH dans l’Outre-Mer français

En France, le terme IGH signifie Immeuble de Grande Hauteur. Ce terme urbanistique et architectural désigne des constructions ayant 15 étages ou plus (soit au minimum 50 mètres de haut). Cela s’applique à de grandes tours de bureaux ou des tours résidentielles, mais non pas à des tours d’observations (comme la Tour Eiffel, par exemple) ou des émetteurs de relais radio et télévision.

Dans l’Hexagone, on retrouve ce type de construction notamment en région parisienne (La Défense, Paris 13e, etc.), mais aussi dans certaines villes de province comme Lyon ou Marseille.

Mais saviez-vous qu’en Outre-Mer aussi il existe des IGH? Étonnant me direz-vous, car lorsqu’on parle de la France d’Outre-Mer, on pense tout de suite aux plages de sable blanc, au bleu turquoise de la mer, aux cocotiers ou aux forêts tropicales. Eh bien, il n’y pas que ça dans les terres ultramarines! On en retrouve quelques constructions verticales notamment aux Antilles, à la Réunion ou encore en Nouvelle-Calédonie ! Il faut toutefois noter que ces IGH ne dépassent pas 110 m de haut !

Voici, selon Emporis, site web spécialisé dans les gratte-ciel quelques uns des IGH ultramarins:

1) Pointe Simon 105.5m (Fort-de-France, Martinique) : la plus haute construction des Petites Antilles à l’heure actuelle ainsi que de tout l’Outre-Mer français

Tour du centre d'affaires de la Pointe Simon (Fort-de-France, Martinique)
Tour du centre d’affaires de la Pointe Simon (Fort-de-France, Martinique)

2)Ramada Plaza Noumea Tower I 75.90m (Nouméa, Nouvelle-Calédonie)
3) Ramada Plaza Noumea Tower II 72.28m 58m (Nouméa, Nouvelle- Calédonie) : ce sont les plus hautes constructions de Nouvelle-Calédonie
Tours de l'Hôtel Ramada Plaza (Nouméa, Nouvelle-Calédonie

4) Casa Del Sole 62.26m 57m (Nouméa, Nouvelle-Calédonie)

Casa Del Sole (Nouméa, Nouvelle-Calédonie)

5) société générale 56m (Nouméa, Nouvelle-Calédonie)

Immeuble Société Générale (Nouméa)

6) Tours de Godissard (Germaine et Eliane) 54.75m (Fort-de-France, Martinique) : elles constituaient les plus hautes constructions de la Martinique jusqu’à l’achèvement de la tour de la Pointe Simon en 2011.

Tour Germain (FDF) Tour Arianne (FDF)

7)Tours de la Gabarre 54.75m * (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
NB: Ces tours sont actuellement les plus hautes constructions de la Guadeloupe, mais plus pour très longtemps, car elles ont été promises à la démolition dans le cadre de la rénovation urbaine menée par la ville de Pointe-à-Pitre

Tours de la Gabarre (Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)

8) Résidence Auteuil 48m (Saint-Denis de la Réunion) :achevée en 2011, cette tour est le plus haut édifice de l’île de la Réunion.

Tour Auteuil (St-Denis de la Réunion)

*chiffre supposé étant donné qu’il s’agit des « soeurs » des tours de Godissard